2012, la CAN des Éléphants?

Pour ne rien vous cacher, la CAN est ma compétition favorite. Pas forcément pour la qualité de jeu proposée, quoique, mais surtout pour toute cette atmosphère qui s’en dégage et pour cette ambiance que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Le folklore de la CAN, ce sont d’abord des équipes aux surnoms improbables, des joueurs et entraîneurs mythiques, des ballons pas assez gonflés, des stades pas remplis pendant les poules, des terrains tout pourris, des bourdes de gardiens mémorables, un petit côté amateur et les commentaires de Claude Leroy. L’ambiance de la CAN c’est également cette petite musique de fond qui rythme toutes les rencontres, une ferveur incroyable lorsque les tribunes ne sont pas vides, les présidents africains dans les gradins avec leur cortège de généraux au second plan et malheureusement des incidents parfois graves qui viennent noircir le tableau d’une compétition somme toute très chaleureuse. La CAN nous propose deux belles affiches en demi-finales aujourd’hui, avec une première rencontre opposant les Chipolopolos zambiens aux Black Stars du Ghana et une seconde entre les Aigles du Mali et les Éléphants de Côte d’Ivoire.

Zambie-Ghana: attention aux Chipolopolos

Sans faire de bruit, la Zambie, l’équipe la moins impressionnante des quatre restantes sur le papier, s’est sortie sans forcer des poules en battant la Guinée Equatoriale et la grosse équipe du Sénégal des Niang, Ba, Diawara, Mangane ou autre Pape Diakhaté. Le sélectionneur français des Chipolopolos, Hervé Renard explique cette demi-surprise dans une interview accordée au site de la Fifa: « Je crois que beaucoup de gens ne connaissent pas mon équipe. Personne ne parlait de nous pour le titre. Nous sommes passés inaperçus. N’oubliez pas que nous n’avons pas manqué une phase finale depuis 2004. Certains participent à cette compétition pour la quatrième fois et ils ont beaucoup appris au fil des matches ». Les Black Stars sont prévenus, attention à ne pas se faire surprendre. Les ghanéens, grands favoris de la compétition avec la côte d’Ivoire, bénéficient d’une grosse expérience internationale, restant sur un huitième de finale en coupe du monde 2006, une troisième place à la CAN 2008, une finale à celle de 2010 et un quart de finale en coupe du monde 2010. L’équipe des frères Ayew, de Mensah, Gyan, Muntari ou Pantsil pour les connaisseurs, doit cependant faire sans son milieu de terrain emblématique Michael Essien qui retrouve les terrains à Chelsea après sa grave blessure au genou. Une absence qui explique peut-être les difficultés rencontrées par le Ghana, qui a du mal à véritablement convaincre dans le jeu depuis le début de la compétition.

Mali-Côte d’Ivoire: une finale avant l’heure

C’est la grosse demi-finale. Les Aigles du Mali de Seydou Keita, accrochés en quarts par le Gabon de Daniel Cousin, peuvent créer la surprise mais il est certain que l’absence à cette CAN de leur attaquant vedette Frédéric Kanouté  (c’est quand même autre chose que Cheikh Diabaté qui a pourtant été buteur contre le Gabon) sera un lourd handicap dans une rencontre de ce niveau. Les Éléphants sont pour leur part au complet, et comme souvent, leur groupe est impressionnant de talent sur toutes les lignes avec notamment des Kolo Touré, Souleymane Bamba, Arthur Boka, Didier « Maestro » Zokora, Emmanuel Eboué, Yaya Touré, et des joueurs offensifs comme Drogba, Kalou, ou Gervinho. Les Éléphants réalisent pour l’instant la CAN parfaite, ils ont répondu présents aussi bien en poules avec trois victoires en autant de rencontres qu’en quarts en dominant facilement la Guinée Equatoriale de Feindouno et Bangoura sur le score de 3-0. Leur bilan comptable est flatteur, huit buts marqués et aucun encaissé. Finalistes de la CAN en 2006, demi-finalistes en 2008, quarts de finalistes en 2010, les Éléphants ont inversé la tendance. L’équipe se connaît parfaitement, s’entend bien, et s’organise autour du leader charismatique Drogba. Je les vois bien aller au bout pour aller chercher et ramener la coupe de la CAN 2012 à Abidjan.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre