Angers neutralise le PSG

Le promu angevin, surprenant troisième du championnat, recevait le PSG au stade Jean Bouin dans le cadre de la 16è journée de Ligue 1. Les hommes de Stéphane Moulin ont été solides et appliqués et ont obtenu un match nul mérité (0-0).

SCO-PSG

SCO Angers 0-0 PSG

On attendait de voir si les angevins avaient les reins assez solides pour confirmer leur place sur le podium de Ligue 1. D’entrée, le PSG tente de prendre le match par le bon bout avec une première alerte. Maxwell trouve une solution en retrait pour Di Maria dont la reprise est contrée par Thomas (5e). Sur le corner, Cavani nous fait sa spéciale en venant couper au premier poteau, mais sa tête trouve la base du poteau d’un Butelle tout heureux. C’était moins une, Paris fait circuler le ballon et les hommes de Stéphane Moulin sont un peu dans le dur. Ils tentent de procéder par contre, et ça fonctionne plutôt bien. A la 12e, le remuant Abdoul Camara se signale en déposant Blaise « Runner » Matuidi grâce à une belle pointe de vitesse couloir gauche, mais son centre pour Sunu ne donne rien.

« Cimèr poteaux »

On se rend coup pour coup et Matuidi, un brin vexé, décale alors Aurier qui arme une frappe de mule détournée par Butelle (13e). Le latéral parisien n’est pas au meilleur de sa forme et manque de se faire chiper le ballon en voulant le protéger devant Camara. Paris, à l’image de son latéral au bouc, est peu inspiré et peine à trouver les solutions dans l’arrière garde angevine. Les locaux poussent timidement et obtiennent quelques corners mal négociés avant que Serge le gagnant ne récolte le premier carton de la partie suite à un tacle appuyé sur Saïss (22e). Un Trapp vigilant rassure les parisiens, mais depuis quelques minutes le match s’équilibre avec des angevins qui poussent.

Sur un nouveau corner parisien mal tiré et dégagé de la tête par la défense du SCO, Maxwell perd son duel face à Camara, laissant les angevins partir au calme à 3 contre le seul Matuidi. Gilles Sunu manque alors de façon incompréhensible sa transmission vers Kekteophomphone, qu’on appellera désormais Billy (25e). Paris à eu chaud, attention au SCO « danger ». Alors que les parisiens cafouillent leur football à l’image de Motta ou de Rabiot qui manquent des passes inhabituelles Di Maria est alerté côté droit. L’Argentin sauve le 6m et repique plein axe en solo. El Fideo parvient à frapper fort mais le ballon termine pour la deuxième fois sur le poteau de Butelle, qui semblait pourtant battu (33e).

Après un petit pont magistral d’Aurier, Angers réagit et sur un centre venu de la gauche Maxwell repousse le ballon de la tête sur Sunu qui prend sa chance et voit sa volée contrée en corner. Mangani trouve Romain Thomas dont la tête retombe sur la barre de Trapp (37e). Cinq minutes plus tard Saïss déborde côté gauche et trouve Cheick Ndoye au second poteau. La tête du capitaine du SCO file devant le but de Trapp sans qu’aucun de ses partenaires ne puisse couper la trajectoire du ballon (43e). Malgré une dernière tentative hors cadre de Saïss, Mr Bastien siffle la pause sur ce score nul et vierge de 0-0.

Le PSG se casse les dents

Au retour des vestiaires, Blaise Matuidi, touché à la cuisse en fin de mi-temps, cède sa place à Lavezzi. Le rythme, lui, n’est pas resté aux vestiaires et le SCO continue de pousser. Sur un nouveau corner, Ndoye devance David Luiz et place une tête croisée qui oblige Trapp à réaliser un arrêt réflexe pour préserver le score miraculeusement (48e). Piqués, les parisiens montrent les dents, Rabiot redresse un ballon le long de la ligne des 6m et sert Lucas pour la volée mais le Brésilien tape le ballon du tibia (51e) ! Dans la foulée, Maxwell envoie un centre tendu qu’un défenseur angevin détourne vers son but mais sans trouver le cadre. On n’était pas loin d’une Gonalons. On ne s’ennuie pas mais les deux équipes manquent de précision dans la finition. Paris n’arrive pas à développer son jeu de maîtrise, mais obtient des corners. Sur l’un d’entre eux à la 59e, Saïss dévie de la tête vers son but mais Butelle sort la claquette pour préserver les siens. Paris a la maîtrise stérile, et en parlant stérilité, Maxwell perd son honneur suite à une virgule de Camara qui heureusement cafouille sur ses appuis et ne peut enchaîner (67e). Olé.

Les deux coachs démarrent alors la valse des changements, avec les sorties de Billy pour Karanovic côté SCO et de Lucas pour Ibra côté PSG (71e). Le géant Suédois se fait d’ailleurs copieusement siffler pour sa première au stade Jean Bouin, et il a l’air de s’en cogner royalement. Les dernières 20 minutes voient quelques nouvelles tentatives hors cadre du remuant Camara (73e) et de Maxwell (77e) ainsi qu’une frappe trop molle de Cavani (81e) et un tir vicieux de Rabiot forçant au moins Butelle à s’employer. Comble du comble, sur un ènième corner parisien mal tiré, les angevins partent à 5 contre 2. Mais Bouka Moutou, tout juste entré en jeu, la joue solo et frappe à côté pour le plus grand soulagement de Laurent Blanc.

Le score n’évoluera pas et le promu angevin obtient un nul plus que mérité qui confirme que sa place en haut de l’affiche est loin d’être usurpée.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre