ASM-PSG: encore raté

Pas de vainqueur lors du choc de cette 27e journée de Ligue 1 entre l’AS Monaco et le PSG qui se quittent sur un bon vieux 0-0 des familles. Les parisiens pourront regretter leurs carences dans la finition, eux qui perdent une nouvelle fois deux points dans la course au titre, sans profiter des faux pas lyonnais et marseillais.

ASM-PSG

Le match des absents

Beaucoup de joueurs majeurs ne figurent pas sur la feuille de match des deux côtés. L’ASM doit faire sans son taulier défensif Abdennour, suspendu, et sans Raggi et Carvalho, toujours convalescents. Jardim opte pour un 4-3-3 avec Wallace et Toulalan en centraux. Devant, c’est Martial qui est chargé d’ouvrir les brèches. Berbatov, buteur face à Arsenal, prend pour sa part place sur le banc. Les parisiens se présentent sans Ibra, suspendu pour une vilaine semelle sur Hamouma, et sans le gang des blessés Lucas, Motta, Cabaye, et Aurier. Du coup, Javier intègre le trio offensif alors que David Luiz prend place au milieu avec Verratti et Matuidi.

Monaco: Subasic – Touré, Wallace, Toulalan – Kurzawa – Fabinho, Kondogbia – Silva, Moutinho, Ferreira-Carrasco – Martial

PSG: Sirigu – Van der Wiel, Marquinhos, Silva, Maxwell – Verratti, Luiz, Matuidi – Pastore, Cavani, Lavezzi.‎

Le duo Napolitain pour le meilleur mais surtout pour le pire

Après un premier quart d’heure compliqué dans le jeu, les parisiens prennent la mesure de leurs adversaires, trouvant des espaces dans le bloc monégasque. Verratti est proche de scorer…de la tête sur corner à la 15e, puis le duo des anciens Napolitains Lavezzi – Cavani se met en évidence avec un Pastore lumineux à la baguette. El Flaco ouvre pour Lavezzi qui contrôle poitrine dans la surface et remet sur Cavani qui, dans une position idéale, frappe fort (16e). Subasic s’interpose, mais la complicité entre les deux larons se fait de plus en plus évidente. Verratti s’essaie à son tour à la rampe de lancement et sert Cavani dans la surface. El Matador trouve Lavezzi mais son tir est détourné par un bon retour monégasque (22e).

Dans le dur, les hommes de Jardim concèdent alors une série de grosses occasions. Matuidi remet d’abord de la tête un super ballon que Lavezzi vendange d’un plat du pied gauche maladroit à 6m du but de Subasic (25e). Maladresse toujours, El Pocho récidive dans la foulée après une bonne passe axiale de Javier en mode maestro. Sur son pied gauche, l’homme qui jouait 60 minutes croise trop sa frappe alors que Cavani demandait la passe au deuxième poteau (30e). A force de réclamer, l’Uruguayen est bien servi avant la pause, il s’ouvre le chemin du but d’un crochet incisif et envoie une praline au-dessus (44e). Caramba, encore raté. Lavezzi et Cavani se trouvent peut être les yeux fermés, mais ils n’ouvrent pas les mirettes avant de frapper au but.

Maladresse et mauvais choix

Au retour des vestiaires, Javier, encore lui, régale Lavezzi d’un extèr en profondeur. Pocho se présente face à Subasic et bute sur le portier monégasque (47e). Tant mieux, il était de toute façon signalé hors-jeu. Les espaces s’ouvrent de part et d’autre et David Luiz en vient à se prendre pour un perforateur de milieu, portant le ballon plus que de raison. Sur un nouveau mouvement parisien, Pastore joue le une-deux avec Lavezzi côté droit qui lui remet en pleine course, mais la frappe du Flaco est bien captée par un impeccable Subasic. Passé l’heure de jeu, c’est encore Javier qui vient manquer l’ouverture du score d’un piqué à côté après un service millimétré de Verratti (63e).

Monaco tente de réagir par Dirar, fraîchement entré en jeu, mais sa tête mal maîtrisée passe loin des buts d’un Sirigu trop tranquille. Les entrées de Berbatov, Bahebeck et Rabiot dans la dernière demi-heure ne changeront rien à la physionomie de la rencontre, et seul Van der Wiel se signalera par des passes ratées d’un niveau abominable. Pour finir, Kurzawa tentera même sa chance de 40m histoire de, mais sans grande réussite (82e). Les parisiens, comme face à Lyon, pourront regretter leurs occasions manquées, elles leur font perdre deux points de plus dans la lutte pour le titre.

[twitter_follow username= »https://twitter.com/SamY_TraoRe_ » language= »fr »]

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre