ASSE-OM: le match dans le match

Le match dans le match, c’est revivre une rencontre au travers de duels de joueurs. L’ASSE et l’OM se sont séparés sur un nul 2-2. Quels ont été les grands duels de la rencontre ?‎

ASSE-OM

La rentrée efficace: Romain Alessandrini vs Mevlut Erding

30 minutes de jeu pour l’un, avec deux passes décisives express pour le TGV belge Batshuayi. Les deux passes ? Du gauche, évidemment, ready to take away, et le Belge s’est régalé. 20 minutes de jeu pour Erding, avec un but où il bat Jérémy Morel de la tête, ce qui n’est pas rien quand on connaît la qualité du marseillais dans l’exercice.

Deux entrées positives pour leur ratio efficacité, et de la confiance pour deux joueurs ni titulaires indiscutables, ni remplaçants, mais qui détiennent des stats intéressantes comparées à leur temps de jeu.

Notre choix: Match nul‎

Le coaching gagnant: Marcelo Bielsa vs Christophe Galtier

60ème minute de jeu : l’OM est mené 1-0 et n’y arrive pas. Bielsa prend les choses en mains en effectuant trois remplacements d’un coup. Trois changements de joueurs, et un changement tactique, en 442, comme la semaine passée. 3 minutes après, soit deux fois Michy par deux fois Alessandrini, son équipe mène 2-1. Loco, vous avez dit?

Galtier a lui aussi été heureux dans son coaching. Il est d’abord passé en 442, avant de faire entrer Erding à la place du petit loup Wolf, perdu ce soir-là.  L’ancien parisien a patienté 20 minutes avant d’offrir l’égalisation à son équipe, mais au coup de sifflet final, c’est également un coaching décisif pour Galtier.

Notre choix: Match nul‎

Le créateur: Max Alain Gradel vs Dimitri Payet

Le néo champion d’Afrique a surfé sur sa forme resplendissante, faisant des vagues avec ses dribbles chaloupés et ses prises de risques répétées. Pas de passe décisive, mais une grosse activité dans les 30 derniers mètres adverses et quelques olympiens éliminés. Et un but, sur penalty. Côté verts, on aurait également pu citer Hamouma, quasi insaisissable pour les Marseillais : il obtient le penalty après un petit pont sur Morel qui ne peut supporter plus d’insolence et tacle de façon illicite. Penalty, et 1-0.

Payet a également impressionné. Très actif, plutôt inspiré, le milieu offensif n’a pas été récompensé d’un but ou d’une passe, mais a assuré le spectacle en étant à l’origine de nombreuses occasions. C’est d’ailleurs lui qui a dégainé le premier, après 30 minutes de jeu, dans une première période où trouver des espaces était difficile.

Notre choix: Max-Alain Gradel

Le duel: Mustapha Bayal – André Pierre Gignac vs Michy Batshuayi ‎

Bayal est décidément fan des buteurs des grandes équipes de Ligue 1. Après Zlatan, c’est avec DD qu’il a échangé des mots doux. Des mots doux, de gros duels, mais pas de but pour Gignac, qui avait eu une semaine d’entraînement perturbée. En revanche, son remplaçant belge a été bien moins hésitant : contrôle, crochet, frappe but, puis frappe but. Tout ça au premier poteau, tout ça devant Bayal, avec Alessandrini en guest star, et un duo Perrin / Ruffier pour la figuration.

Notre choix: Michy Batshuayi ‎

Le régulier: Fabien Lemoine vs André Ayew

Une activité incessante dans l’entrejeu, des ballons récupérés, remontés, orientés, souvent judicieusement. Lemoine a été égal à lui-même et brillé dans le milieu stéphanois. Un vrai travailleur de l’ombre, mais qui en est sorti depuis bien longtemps pour les observateurs de la Ligue 1.

André Ayew a encore une fois démontré toute sa polyvance, débutant ailier gauche avant de passer au milieu avec Imbula. Le Black Star a été bon aux deux postes, avec une belle activité en phase défensive, de la justesse dans l’utilisation du ballon et de la présence aux avant-postes pour finir les actions.

Notre choix: André Ayew

A propos de l'auteur

Vous aimerez aussi

Répondre