Gestes d’Esthètes: le pointu (ou pointard)

Le pointu, ou « pointard » dans sa version beauf affublée d’un suffixe dévalorisant, est un geste footbalistique consistant en une frappe de balle sèche réalisée avec l’extrême pointe du pied. Ce pointu est souvent réalisé « par défaut » par l’attaquant en bout de course n’ayant plus le temps ou la lucidité requise pour frapper son ballon de façon plus classique. Et c’est peut-être de ce caractère de geste « par défaut » que vient son manque de reconnaissance. Le pointu est en effet largement considéré (à tort) comme un sous-geste par la communauté du football qui oublie là que les plus grands buteurs s’y sont essayés, n’hésitant pas à sacrifier leurs ongles incarnés et à risquer une entorse du gros orteil. « Quoi ??? Le pointard, un geste d’Esthète ? Ils sont fous ces mecs ? T’as déjà vu Zizou mettre un pointard toi ? ».

Il a peut être marqué, oui, mais il a mis un pointard »

Le but du pointu est souvent un peu honteux. Avant même d’être félicité par ses coéquipiers, le buteur se fait d’abord charrier sur la manière, généralement par un: « oh le vieux pointard ». Les congratulations viennent dans un second temps mais avec un arrière goût suspect, comme si l’auteur du pointu avait marqué un but hors-jeu, un demi but, un but « sale ». Bien vu, mais ne recommence pas, tu nous fais honte.

Autre preuve de ce désamour, au terme de « pointu » ne peut être ajouté aucun adjectif mélioratif et encore moins un superlatif. On n’entendra/ne lira donc jamais qu’un joueur a marqué un « magnifique » ou un « superbe » pointu. On préférera utiliser le « gros », le « vieux » ou le « sale » pointard. D’ailleurs, avez-vous déjà cherché, et si oui, déjà trouvé une compilation des plus beaux pointus sur Youtube ou Dailymotion ?

Geste déconsidéré, le pointard ne s’apprend pas dans les écoles de foot. Il est l’anti-football, le geste moche qui peut parfois être efficace, trop simple et trop accessible à la masse pour intéresser les puristes. La pointe, c’est aussi la zone avec laquelle l’enfant de 2 ans commence à conduire son ballon, cette zone qu’on va avoir tant de mal à lui faire abandonner. « Mais non, plat du pied sécurité, conduis de l’intérieur fils, à la rigueur de l’extérieur, mais pas de la pointe! » Vous noterez d’ailleurs qu’avec les ballons en mousse ou les ballons de plage « Corner », ceux qui partaient à droite quand tu tirais à gauche, la frappe du pointard perdait toute son efficacité, comme si on souhaitait que les enfants ne soient pas éduqués à la maîtrise de ce geste infâme.

La frappe du pointard souffre donc d’abord et avant tout de sa triste réputation. Celle d’un geste de second rang réservé aux joueurs médiocres incapables d’utiliser les surfaces « nobles »: l’enroulé intérieur à la Henry, le coup de pied à la Juninho ou l’extérieur à la Roberto Carlos. Et pourtant…

Une frappe simple, surpuissante et difficile à anticiper

Et pourtant, le geste en lui même est d’une redoutable efficacité. C’est même, pour l’avoir pratiqué assidûment, LE type de frappe le plus efficace dans la surface de réparation. Pourquoi ? Cette frappe est d’une puissance assez incomparable et se réalise avec une vitesse d’armé parmi les plus rapides du circuit. Pour mettre un bon pointu, le ballon ne doit en effet pas être trop éloigné du pied de frappe, ce qui rend le tir d’autant plus soudain et difficile à anticiper. La surprise pour le gardien est alors des plus totales et il ne peut généralement  que constater les dégâts et aller chercher le ballon au fond de ses filets, le visage livide et déconfit comme celui d’Hugo Lloris un soir de gastro.

Le pointard est également assez simple à réaliser et à placer. Il suffit d’aligner sa hanche avec le petit filet visé, de trouver l’équilibre pour ne pas partir en arrière et de décocher une frappe sèche et soudaine. Pour les amateurs de rugby, aucun risque de taper un drop, si le geste est bien exécuté, le ballon ne franchira jamais la barre des 50 cm au-dessus du sol. Il flottera également, mais ne tournera pas comme dans Olive et Tom car non, Olivier Atton ne frappe jamais du pointu. Comme on le dit sur Twitter, #SeulsLesVraisSavent et continueront à utiliser tous les week-ends ce geste largement sous estimé par leurs pairs.

Simple et efficace, le pointu demande cependant une certaine maîtrise instinctive pour être convenablement exécuté. Cette maîtrise requise en fait un geste technique à part entière, pas nécessairement dans les plus complexes à réaliser, mais que nous incluons tout de même dans les gestes d’Esthètes. Si certains parmi vous n’y croient toujours pas, essayez-le en match pour en juger. Pour ma part, je vais me strapper les orteils avant de retourner à mes séances de frappes.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre