Interview avec Me Fillion, l’avocat de Yann M’Vila

Me Fillion, l’avocat de Yann M’vila, revient sur son rôle d’avocat et sur la sanction « disproportionnée en nature et en gravité » infligée par la Commission de Discipline de la FFF à son client. Il nous parle également des raisons qui l’ont poussé à faire appel de la sanction, et de ses attentes dans cette affaire. Tout cela en mentionnant tout de même les noms d’El Hadji Diouf, Cruyff ou Beckenbauer et en n’oubliant pas de remettre Guy Roux dans les clous…

Qui êtes vous maître Fillion ?

Je suis avocat pénaliste au barreau de Rennes depuis 30 ans, quasiment jour pour jour, depuis décembre 1982. Mon activité unique est la défense pénale.

Avez-vous actuellement ou avez-vous déjà eu d’autres sportifs/footballeurs que Yann M’Vila parmi vos clients ?

Quelques footballeurs en fait, mais c’est vraiment une partie très résiduelle de ma clientèle. J’ai déjà eu par le passé à défendre un footballeur du stade rennais qui s’appelait El Hadji Diouf, il y a un certain nombre d’années maintenant. Actuellement je suis l’avocat de M’Vila mais également de quelques autres joueurs du stade rennais.

En tant qu’avocat, vous intervenez au niveau du système pénal classique mais on vous voit également défendre vos clients, comme Yann M’Vila, au niveau disciplinaire. C’est quelque chose de courant ?

Ce n’est pas quelque chose de singulier par rapport au reste de mon activité puisque, outre la défense des clients qui me confient leurs intérêts devant les juridictions pénales – essentiellement les cours d’assises et les tribunaux correctionnels – cela m’arrive également assez régulièrement de défendre un certain nombre de professionnels sur le plan disciplinaire. Cela peut être pour des professions plus habituelles comme des huissiers de justice, des notaires, d’autres avocats éventuellement, devant les juridictions disciplinaires qui concernent chaque profession. Et donc, pour les footballeurs, ça peut être soit devant les juridictions pénales, malheureusement pour eux, soit simplement dans le cadre de leurs activités professionnelles devant des juridictions disciplinaires.

Dans le cadre pénal vous avez défendu Yann M’Vila à plusieurs reprises en 2011-2012 dans des affaires qui ont fait beaucoup de bruit pour pas grand chose…

Oui, alors il faut les distinguer parce qu’effectivement on me dit « Yann M’Vila a beaucoup fait parler de lui en négatif en étant impliqué dans des affaires« . En réalité, dans les mois qui précèdent, il y a deux affaires dont la presse s’est fait l’écho dans lesquelles Yann était impliqué mais il y a une affaire où il était victime. C’était à Montpellier où il avait été victime d’un vol de la part de deux jeunes femmes qu’il avait rencontrées avec un ami à lui un soir dans une discothèque. Donc là il était victime, il n’avait absolument rien fait de mal. Et puis autrement il y a une affaire qui n’est pas résolue pour l’instant où il a effectivement fait une garde à vue fin avril début mai 2012…

C’est l’affaire de la gifle ?

Oui voilà, pour un problème assez bénin heureusement, de violences légères commises sur quelqu’un de son entourage.

Le plaignant n’était d’ailleurs pas tout blanc dans cette affaire ?

Oui, Yann M’Vila avait été victime de vol de la part de cette personne. C’est vrai qu’il n’aurait pas dû lui porter une gifle. Ca lui a valu une garde à vue, ce qui est toujours extrêmement désagréable.  La procédure n’est pas clôturée par le parquet de Rennes mais j’ai bon espoir que ça se termine de manière tout à fait bénigne.

Venons-en à la dernière affaire M’Vila. Vous avez déclaré que Yann M’Vila pouvait être considéré comme un bouc émissaire. Pourquoi ?

Je pense que ça vaut pour l’ensemble des jeunes footballeurs qui ont été impliqués dans cette affaire. Au départ, il faut dire les choses telles qu’elles sont, à savoir ne pas contester le fait qu’ils ont eu un comportement inadapté, fautif, et qu’ils n’auraient jamais dû sortir cette nuit là puisqu’ils n’avaient pas l’autorisation de le faire, alors qu’ils étaient regroupés en vue d’un match retour en équipe de France Espoirs. Yann M’Vila notamment avait été sélectionné pour apporter son expérience à cette équipe de France Espoirs dans le but de la qualification pour la phase finale. Il est évident qu’il n’a pas eu le bon comportement. Après cela, quand l’affaire a éclaté, étant précisé qu’elle a éclaté essentiellement parce que l’équipe de France a été éliminée au terme d’un match perdu de manière assez difficile, j’ai trouvé personnellement qu’il y avait eu un déchaînement médiatique, mais quand je dis médiatique ce n’est pas forcément de la faute des journalistes ou des différents médias, c’est un certain nombre de personnes autour du football ou appartenant au milieu du football qui ont pris des positions très dures contre Yann M’Vila et les autres. J’ai en mémoire notamment une phrase de Guy Roux qui les a traités de « salauds » ce qui, soit dit en passant, est une injure, et puis toutes sortes de commentaires qui visaient en définitive à les rendre responsables de tous les maux dont souffrait actuellement l’image du football français. Cela s’est confirmé ensuite dans le cadre des poursuites disciplinaires puisque dans les jours qui ont précédé la comparution devant la Commission de première instance, la presse annonçait que les sanctions seraient certainement exemplaires, surtout pour Yann M’Vila. Cela s’est confirmé. J’ai personnellement été choqué du fait que l’on pouvait annoncer ça avant toute audition des intéressés et avant le délibéré de la Commission. Malheureusement effectivement la Commission a fait preuve d’une sévérité qui se voulait faire un exemple. Mais un exemple pour quoi ? C’est la question qu’on peut se poser.

Sur quoi s’est basée la Fédération pour sanctionner ? En matière pénale, il existe des peines en fonction de la faute commise. Existe-t-il également un barème disciplinaire ?

Tout à fait, il existe un barème en fonction de chaque faute disciplinaire qui peut être poursuivie. Ils ont appliqué ce barème et il n’y a pas grand chose à dire par rapport à ça. Ensuite c’est le choix de la sanction. La décision de la Commission a été notifiée au stade rennais jeudi après-midi. J’en ai pris la copie personnellement auprès de Yann hier midi. Cette décision disciplinaire motive effectivement les raisons qui font qu’ils ont considéré que les 5 footballeurs qui comparaissaient devant la Commission étaient coupables de la faute pour laquelle ils étaient poursuivis. Par contre, la nature et la sévérité de la sanction ne sont absolument pas motivés. Dans la décision écrite de la Commission on n’a pas les éléments précis, circonstanciés qui expliquent qu’ils ont prononcé telle peine, en l’occurrence l’interdiction de jouer en équipe de France quelle qu’elle soit pendant cette période ni la durée de la période. C’est-à-dire que l’on ne sait pas pourquoi ils sont allés sur ce type de sanction et pourquoi ils ont choisi notamment d’exclure Yann M’Vila de toute sélection nationale jusqu’en juin 2014.

Toutes choses égales par ailleurs, si l’on compare les sanctions prises après la Coupe du Monde 2010, ça fait très lourd pour une sortie ?

Oui, c’est incompréhensible. Vous avez raison de dire que les comparaisons sont toujours difficiles, c’est pareil en matière pénale. Les magistrats ont du mal quand les avocats prennent des exemples dans d’autres affaires puisque chaque affaire est différente, chaque personnalité est différente. Pour autant, on peut se dire, en essayant d’être rationnel et le plus objectif possible, que le comportement de certains joueurs de l’équipe de France « A » en pleine coupe du monde, de refuser de s’entraîner et donc de désobéir vertement à leur sélectionneur dans un contexte sportif extrêmement médiatisé est autrement plus grave que celui de gens beaucoup plus jeunes qui vont décider de sortir en discothèque quelques heures une nuit de rassemblement.

Vous allez envoyer votre notification d’appel de la sanction en début de semaine, qu’attendez-vous de cet appel ? Pourra-t-il avoir un impact sur les autres joueurs sanctionnés ?

Je ne m’occupe que des intérêts de Yann M’Vila parmi les 5 joueurs concernés. Je crois savoir qu’un seul des joueurs était assisté par un avocat en première instance. M’Vila n’était d’ailleurs pas accompagné par moi car nous avions fait le choix qu’il aille assumer ses actes sur le plan sportif. Il était accompagné en 1è instance de son conseiller. Par contre, un autre joueur, je crois que c’est M. Niang, était accompagné d’un avocat, pas les autres. Depuis que la sanction est tombée, je n’ai pas eu de contact avec les autres joueurs et je n’ai pas eu de contact avec leurs éventuels avocats ou conseils. C’est-à-dire que je ne sais pas aujourd’hui quelle sera la réaction des autres joueurs vis-à-vis de cette sanction.

Vous attendez-vous à une réduction/suppression de la sanction, à une autre sanction ?

Je ne m’attends pas à une suppression de la sanction puisque Yann M’Vila a plaidé coupable, reconnaissant expressément la faute disciplinaire qui lui était reprochée et puis de manière plus générale son comportement parfaitement inadapté ce jour là en équipe de France Espoirs. Nous attendons effectivement une autre sanction. La nature je ne sais pas, en tout cas certainement une sanction, c’est ce qu’on demandera nous, qui soit réellement proportionnée à la nature et à la gravité de la faute et à la personnalité de Yann M’Vila, et pas cette sanction qui arrive de nulle part, qui n’a aucun précédent, et qui est totalement disproportionnée en termes de nature et de gravité par rapport à la carrière à venir de Yann M’Vila.

Pour terminer, est-ce que vous suivez le football ?

Alors oui, je suis le football, ça n’a pas grand chose à voir avec ma profession d’avocat mais il se trouve que depuis l’enfance, je suis un supporter du stade rennais. Je regarde assez souvent les matchs, en tout cas quand ça m’intéresse.

Qui sont vos trois plus grands Esthètes du foot ?

Les noms qui me viennent en tête immédiatement c’est Johan Cruyff et Franz Beckenbauer parce que ce sont deux joueurs qui jouaient au football lorsque je m’y intéressais étant adolescent. Ça en fait deux, je ne sais pas si je dois en ajouter forcément un troisième…je vais essayer de trouver un français…(il réfléchit). Il y en a mais la question n’est pas de trouver un bon, un très bon, ou un excellent footballeur. C’est cette idée d’esthétique qui me retient par rapport à la façon dont je percevais le joueur sur un terrain de football, sur une façon à la fois de s’exprimer dans le jeu et peut-être de s’exprimer en dehors d’ailleurs. Je sèche un peu, je vais rester sur ces deux là.

Propos recueillis le samedi 17 novembre 2012.


A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre