Interview découverte – Brice Boutantin (Illzach – CFA2)

Les Esthètes du Foot ont échangé avec Brice Boutantin (23 ans), milieu de terrain l’AS Illzach-Modenheim (CFA2) en Alsace. Le joueur formé à Troyes revient sur son parcours, son amour du jeu et ses ambitions. Entretien.

Bonjour Brice. Peux-tu nous donner 3 moments clés dans ton début de carrière ?

Bonjour ! Tout commence par la signature de ma première licence à 6 ans dans l’Yonne où je vais véritablement découvrir le foot ! Dans un second temps, je parlerai de ma signature à 15 ans dans les catégories jeunes du club pro de Troyes, l’ESTAC, dont j’ai intégré le Centre de Formation et où j’ai passé 4 années. Et finalement, je dirais la fin de la saison 2012 où je ne suis pas conservé à Troyes mais où j’ai l’opportunité de rejoindre Illzach qui évoluait à ce moment-là en CFA2 !

Brice BOUTANTINComment vit-on le fait de ne pas être conservé par un club pro à l’âge de 20 ans ?

Comme beaucoup, j’ai la passion du foot depuis tout petit donc la force de ne pas baisser les bras vient de la motivation naturelle d’avoir envie de jouer. Faire du foot son métier c’est un rêve mais c’est aussi le plaisir de jouer qui guide mon parcours. L’opportunité s’était déjà présentée pour moi de signer pro à l’étranger mais pas nécessairement avec les mêmes garanties que celles existantes en France ; j’ai la chance de vivre aujourd’hui de ma passion et ça, chaque matin, ça me fait me lever avec le sourire.

Des joueurs arrivés sur le tard comme Pagis, Carrière voire Ribéry laissent entrevoir de beaux espoirs quand même, non ?

C’est sûr ! C’est bien la preuve que le football est fait de surprises et qu’il n’y a pas qu’une logique ou un parcours type qui mènerait au professionnalisme. C’est parfois juste une question d’opportunité : au bon endroit au bon moment !

Quelles sont tes ambitions cette saison avec Illzach ?

J’aimerais enchaîner un maximum de matchs, avoir une belle régularité dans mes performances et être décisif pour l’équipe en maximisant le nombre de dernières passes ou de buts. Et plus collectivement, que le club puisse se situer le plus haut possible dans la première partie de tableau.

Tu parles d’enchaîner les matchs car tu as eu une période compliquée il y a deux ans ?

Effectivement, j’ai eu une blessure au dos qui m’a écarté des terrains. Je me suis servi de cette période en me disant que c’était un mal pour un bien et que cela devait m’encourager à travailler davantage et ne pas m’apitoyer sur mon sort. J’en ai fait une force.

Quels sont les championnats que tu aimes regarder ou qui t’attirent ?

Sans conteste l’Espagne ! Ce qui m’attire en Liga, et quel que soit le classement de l’équipe, c’est en général le jeu proposé. Il y a toujours la volonté de jouer et de ne pas fermer la partie. Tout le monde essaie de rivaliser par le jeu même lorsqu’ils affrontent des ogres comme le Real ou le Barça !

BBPourrais-tu définir ton profil de joueur en le rapprochant de celui d’une star du foot ?

Je suis milieu offensif mais formé en qualité de milieu défensif ! Mais disons que par mes caractéristiques physiques, mon rôle sur le terrain s’assimilerait au travail réalisé par des joueurs comme Lassana Diarra, Marco Verratti ou Ngolo Kanté que j’aime beaucoup.

Sur les postes de relayeur comme le tien, quelles sont d’après toi les qualités à attendre d’un joueur ?

Je pense qu’on attend de l’intelligence de jeu avec une bonne capacité à orienter, de la technique et beaucoup de volume afin d’assurer des déplacements et appels.

Tu es un peu un numéro 8 « à l’ancienne » ?

C’est ça, selon la composition de l’équipe j’évolue plus ou moins haut mais j’aime être au cœur du jeu !

Qu’est ce qui te fait vibrer dans le foot ?

Je dirais tous les gestes techniques, les belles intentions, petits ponts, une-deux… A la fois la technique et le côté spectaculaire mis au service d’un aboutissement qui serait le fait de marquer un but !

Et qu’est ce que tu détestes ?

L’agressivité car parfois certains joueurs mettent un excès d’engagement néfaste pour l’intégrité de l’adversaire. Autour du foot ce serait aussi tout le côté négatif lié à l’argent dans le très haut niveau. Le contraste est trop important entre le monde pro et le monde amateur.

Tu as la sensation que les joueurs pros ont trop de confort et que par exemple la moindre petite douleur provoquera un arrêt là où le joueur amateur devra serrer les dents ?

Pas nécessairement ! Le professionnalisme implique aussi des choses aussi basiques que de pouvoir passer des examens complémentaires plus facilement et donc de mesurer les conséquences à long terme d’une simple alerte. C’est aussi être professionnel que de savoir se préserver et se soigner correctement.

Quel relation entretiens-tu avec les réseaux sociaux ?

C’est vrai qu’à l’exception de Facebook sur lequel j’ai un profil-fiche de joueur, je ne suis pas particulièrement attiré par ces moyens de communication. Je ne suis pas fan car il y a toujours une forme de risque de dérive comme l’actualité en atteste, alors je préfère éviter.

 

On a parlé chez Les Esthètes du tir du penalty. Est-ce selon toi un geste que l’on fait au feeling ou qui nécessite d’être travaillé au quotidien ?

C’est sans doute un geste technique sous estimé mais qui nécessite d’être travaillé effectivement ! L’autre élément important pour aborder un penalty c’est toute la question du mental ! C’est même selon moi l’aspect primordial. J’en ai loupé un cette saison en Coupe de France mais si l’occasion se représente, je ne me défilerai pas. Chaque penalty est différent et le ressenti du moment me fait faire le choix que j’espère opportun ! Cette saison ça n’a pas payé…(il rit)

Quel est ton geste te12825213_257019987969122_515570979_nchnique favori ?

J’aime assez la feinte de corps balle au pied ! Je trouve que c’est efficace pour éliminer un ou plusieurs joueurs.

Quels joueurs incarnent pour toi le concept d’Esthète du Foot ?

J’en ai trois qui me viennent à l’esprit avec Ronaldo le brésilien, Zidane, et Ronaldinho ! Ils dégageaient vraiment beaucoup d’élégance !

Quel est ton match de foot référence ?

Bien que j’aie toutes les chaînes à disposition, je ne passe pas tout mon temps devant les matchs, mais j’avoue que la folle finale de la Ligue des Champions Milan-Liverpool était assez exceptionnelle ! J’ai plus de plaisir à regarder des connaissances dans des matchs pros que de voir tous les matchs de l’année !

Que peut-on te souhaiter pour la fin de saison ?

J’ai la chance d’avoir pu croiser dans mon parcours des personnes qui outre ma famille, ont cru en moi, je pense notamment à Thierry Bocquet, ancien coach de l’ESTAC qui est maintenant à Beauvais, alors vis-à-vis d’eux l’idée c’est surtout de continuer à être performant et à prouver, et puis de faire le plus possible avec Illzach. Mon coach actuel me chambre souvent sur le fait que je sois sollicité par les médias et je veux qu’il sache que je sais aussi où sont mes priorités : sur le terrain !

Brice Boutantin en vidéo

Crédits photos: Facebook Ligue d’Alsace de Football

A propos de l'auteur

Romantique du Football qui aime le beau geste et considère ce sport comme de la poésie en mouvement. Fan de Pelé, Papin, Rooney et CriCri... il aurait mis près de 1037 buts depuis qu'il a signé sa première licence

Vous aimerez aussi

Répondre