Interview – Séan Garnier – « le freestyler s’entraîne parce qu’il kiffe »

Premier champion du monde de foot freestyle en 2008 au Brésil et triple champion de France 2009-2010 et 2012 de la discipline, Arnaud « Séan » Garnier est aujourd’hui une des figures incontournables du monde du freestyle. Mordu de ballon et investi d’une mission de développement de sa discipline, le français de 29 ans s’est confié aux Esthètes du Foot dans un entretien en trois parties. Il se prête dans cette dernière partie au fameux questionnaire des Esthètes.

1381388_649975078357204_1543193465_n

Les Esthètes du Foot, ça te parle ?

Je connais par rapport à Twitter, vous avez repris certaines vidéos, et puis on a déjà joué ensemble. C’est comme ça que j’ai connu.

Quels sont tes trois plus grands Esthètes du Foot ?

Est-ce que je peux te demander ta définition exacte de l’Esthète du Foot ?

C’est quelqu’un qui va être capable de sortir des gestes que personne d’autre ne va être capable de sortir

…dans ce cas là, je vais dire Maradona, Ronaldinho, parce qu’ils se sont servis du côté artistique pour mettre en valeur leur personnage. J’aurais dit Cristiano Ronaldo, mais plus maintenant parce qu’il est parti dans l’efficacité. Après, il a raison, c’est bien joué sa réflexion mais du coup ça enlève un peu le côté Esthète. Je ne dirais pas Zidane non plus parce que j’ai pu le côtoyer très récemment. Il a un côté de joueur super élégant qui aime le beau geste et tout, mais au final quand il voit des mecs comme moi, il n’a pas forcément envie d’aller chercher de ce côté là. A l’inverse, des types comme Ronaldinho ou Maradona, direct, dès qu’il y a des freestylers ils iront jouer, échanger, chercher ce côté « beau geste ». Après, je vais en donner un troisième, pour une phrase qu’il a sortie et qui m’a vraiment plu. C’est Mourad Meghni, un mec avec qui j’étais en concurrence en équipe de France quand on était jeunes, il jouait numéro 10 et j’étais juste après lui. Il a dit que s’il avait pu être freestyler, il l’aurait fait. C’est juste que le football est plus lucratif, mais en gros il a dit qu’il kiffait dix fois plus faire des gestes techniques. Cette phrase je l’ai retenue !

Le plus beau but de l’histoire du foot ?

Je vais dire Maradona, quand il dribble tout le monde. Pourquoi ? Parce que quand tu es petit, c’est ça que tu imagines quand tu fais une qualif où chacun prend un pays, tu prends le Brésil, l’autre il prend l’Argentine, et hop on fait que des dribbles et quand tu marques un but tu es qualifié. Tu t’imagines toujours mettre ce genre de buts.

Le geste que tu aimes réaliser en futsal ?

Le petit-pont enchaîné d’un but. Mais le petit pont façon street soccer.

Et le geste que tu aimerais réaliser ?

Si je fais une réponse générale multi-discipline, au freestyle, en futsal ou en street soccer ce serait de mettre le geste technique qui n’existe pas ! C’est de créer, c’est ça mon geste de rêve, sortir un nouveau geste à chaque fois.

Ton meilleur souvenir sur le terrain de foot ?

Je vais dire quand je m’entraînais avec Djibril Cissé ou Philippe Mexès à Auxerre. Ils étaient plus vieux que moi, j’avais été monté pour m’entraîner avec eux, et j’avais kiffé.

Ton meilleur souvenir en freestyle ?

Le championnat du monde en 2008 au Brésil, que j’avais gagné.

Tu as un club de cœur ?

Plus maintenant, avant je supportais Auxerre, un peu Troyes. Dans mon message, je ne supporte que le beau jeu. Je ne suis pas du tout dans les oppositions genre Paris-Marseille, je suis pour le PSG, alors Marseille allez vous faire voir etc… Je suis plus dans le délire, si tu supportes le PSG et que les Marseillais sont meilleurs, il faut les respecter, les applaudir.  C’est comme ça qu’on donnera un meilleur message avec le foot. C’est aussi pour ça que je fais du freestyle, parce qu’aujourd’hui dans le foot l’enjeu dépasse le jeu.

Le match qui t’a le plus marqué récemment ?

Récemment, j’ai vraiment rien regardé.

Le joueur le plus chiant que tu aies croisé ?

Bon, je ne vais pas donner de noms, mais on va dire que j’ai joué contre pas mal de joueurs pro dont certains ont refusé de rejouer contre moi par la suite !

Le joueur de Ligue 1 qui pourrait être freestyler ?

J’en connais un qui s’est super bien débrouillé lors de la cérémonie du ballon d’or algérien c’est Ryad Boudebouz. Il avait fait un petit duel de freestyle contre mon pote Wassim (Benslimane). Il avait fait quelques gestes pas mal. Après, je te dirais que tout le monde peut être freestyler. Ça demande juste de l’entraînement et de la répétition.

Tout le monde ?

Oui, je te dis ça parce que j’avais un petit qui était un peu diminué physiquement, il avait environ 80-90% de ses capacités. Il nous a rencontré et il était fan, il nous suivait partout, et il s’est mis au freestyle. La première année, il n’enchaînait pas un geste, la deuxième année il commençait à enchaîner des trucs, la troisième année il venait faire des street shows avec nous en bas de la Tour Eiffel, et la quatrième année il faisait ses street show tout seul. Il est parti au Japon, il a évolué un truc de fou. Les médecins ont dit que son corps avait changé avec le freestyle. Un mec comme ça il n’a vraiment aucune technique de foot à la base. Ça me fait réfléchir sur le football. Je me dis que si on réfléchissait comme ça et qu’on ne parlait pas nécessairement de talent mais plus de travail, on pourrait vraiment plus progresser. Parfois on se met des barrières et c’est ça qui fait qu’on reste au même niveau.

J’ai une autre réflexion sur ça aussi, que je vois au futsal. Les joueurs viennent à l’entraînement pas pour jouer mais pour gagner leur place le weekend donc ils sont obligés de jouer sur leurs points forts. Du coup ils ne travaillent pas leurs points faibles et ils ne progressent pas à partir d’un certain âge.

C’est l’enjeu qui dépasse le jeu

Voilà, ils restent les mêmes joueurs. Le freestyler il n’a aucun enjeu au début, il s’entraîne parce qu’il kiffe, donc forcément il progresse !

Retrouvez les actualités de Séan sur sa page Facebook


A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre