Interview – Timothée Dieng (Brest) – Du GF38 au stade Brestois

Timothée Dieng a accepté de répondre aux questions des Esthètes du Foot. En première partie de cet entretien, le jeune défenseur central du Stade Brestois formé au GF 38 revient sur son parcours et nous parle de sa saison actuelle au sein d’un groupe « qui vit bien ».

Tu peux nous parler de toi, d’où tu viens, comment tu en es arrivé là ?

J’ai commencé le foot en poussins à Villard Bonnot en tant que gardien, j’ai fini la 2è partie de saison avant centre ce qui m’a permis d’être repéré par le GF38. L’année suivante en benjamin 1è année je suis donc parti jouer au GF38, j’étais milieu droit. Dès qu’on a commencé à jouer à 11 je suis passé numéro 6 et, arrivé à 16 ans, je suis passé défenseur central. J’ai fait toute ma formation à Grenoble jusqu’à ma dernière année en U19 où le club a déposé le bilan. J’ai dû trouver un autre club et un agent qui m’avait vu en finale des playoffs U19 cette même année contre le PSG m’a contacté et m’a trouvé un essai à Brest avec la réserve. Tout s’est bien passé et j’ai signé avec la réserve de Brest.

DiengTu es arrivé là-bas en 2011 ?

Oui c’est ça, j’ai signé en 2011. J’ai démarré avec la réserve, et un mois et demi après avoir signé j’ai commencé à m’entraîner avec les pro et j’ai fait mon premier banc, encore contre le PSG, au Parc. Juste après, j’ai fait un banc contre Montpellier et je me suis blessé. Je suis revenu à la compétition pour le dernier match avant la trêve hivernale. J’ai repris, j’ai refait le banc contre le PSG au match retour, en février je crois, et je me suis reblessé jusqu’à la fin de la saison. C’était une première année mitigée avec Brest.

La deuxième année, le club m’a fait reprendre en réserve, je n’ai pas signé mon contrat pro à cause des blessures donc j’ai signé en réserve. Juste avant la trêve je suis parti faire un essai avec la réserve du Bétis Séville. Ça a été concluant et ils voulaient me faire signer, mais sachant que j’allais sûrement partir, Brest m’a proposé un contrat pro d’un an et demi. J’ai donc préféré rester à Brest avec un contrat pro. Après je n’ai pas énormément joué, j’ai juste fait un match de coupe, et j’ai fait les deux derniers matchs de la saison 2012-2013 contre le PSG et Nancy.

Et après, il y a la descente en Ligue 2. Comment ça se passe pour toi cette année ?

J’ai bien débuté la saison, j’ai fait les deux premiers matchs, deux bons matchs, et après le club a recruté à mon poste et le coach a préféré faire jouer ceux qui venaient de signer donc je suis sorti de l’équipe et je n’y suis pas retourné depuis. Donc année compliquée.

Avec une saison compliquée comme ça et un contrat qui se termine en fin de saison, comment tu vois la suite ?

 Il reste encore 15 matchs, ça fait beaucoup. Je continue à travailler pour gagner du temps de jeu et essayer de convaincre les dirigeants de me prolonger.

Et si le club ne te prolonge pas, tu as des envies particulières ? Rester en France, essayer de voir ce qui peut se négocier ailleurs ?

Personnellement, je ne me fixe pas de limites. Que ce soit en France ou à l’étranger ça m’est égal, mais je n’ai pas peur de l’étranger.

Tu t’entraînes tous les jours avec un groupe de joueurs mais l’un d’entre eux nous intéresse en particulier, c’est Bernard Mendy. Au quotidien, est-ce qu’il est aussi mythique qu’il en a l’air ?

Ah, Bernard c’est un sacré personnage. Il est toujours à chambrer, il fait bien rire. C’est un bon ambianceur. Mais autant il peut mettre l’ambiance, autant il ne délaisse pas son rôle d’ancien et de cadre, il est toujours derrière nous pour nous pousser et nous dire de bosser. C’est un bon gars.

Dans le groupe tu as des affinités particulières ?

Franchement, le groupe vit bien, on s’entend tous bien, il n’y a pas de conflits. Bon, il y a quelques petites embrouilles comme dans chaque groupe, mais ça c’est normal.

Et la vie à Brest, comment ça se passe pour un groupe de footballeurs ?

C’est vrai qu’à Brest, il n’y a pas grand-chose à faire, mais on est souvent les uns chez les autres, on se fait des petits restos, des petites parties de FIFA, la base.

A demain pour la seconde partie de l’entretien dans laquelle Timothée Dieng nous parlera de son match contre le PSG et de son duel avec Zlatan Ibrahimovic.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre