Jean Ambrose (Bordeaux): « Quand tu as un rêve il faut aller jusqu’au bout »

Après une première apparition en Ligue 1 au mois de décembre face à Angers, le défenseur central bordelais Jean Ambrose a su saisir sa chance pour être régulièrement convoqué au sein du groupe pro de Willy Sagnol. Le jeune joueur de 22 ans, encore sous contrat amateur et habituel pensionnaire de la CFA des Marine et Blanc, a été l’auteur de début remarqués au plus haut niveau avec une passe décisive en coupe de France, encore face à Angers. Le roc d’ 1m93 formé au FC Sens revient pour Les Esthètes du Foot sur son parcours atypique, parcours au cours duquel il aura toujours su s’accrocher pour peut-être enfin bientôt réaliser son rêve de devenir pro. Entretien.

12510386_940001856070314_542046888157532138_n

Bonjour Jean, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Jean Ambrose, j’ai 22 ans, et j’évolue aujourd’hui chez les Girondins de Bordeaux au poste de défenseur central.

Comment as-tu démarré le football ?

Toute mon enfance j’ai joué au foot dehors, avec mes frères, et on a rejoint ensemble le club de Saint-Clément la même année. Je devais avoir environ 10 ans, et j’y ai joué jusqu’à mes 14 ans. J’étais milieu de terrain, 6, 8, 10, ou parfois même attaquant ! A l’époque, je jouais vraiment au foot pour m’amuser, me faire plaisir, j’aimais surtout marquer des buts !

Tu rejoins ensuite le FC Sens ?

Oui, c’était en 2008, mais avant de rejoindre Sens j’ai eu l’opportunité de faire le TSF, le Tournoi Sans Frontières dans une sélection locale. Je crois que jusqu’à aujourd’hui c’est mon plus beau tournoi, on était arrivés quatrièmes. On a joué Marseille, Lorient, l’ESTAC, et même Bordeaux, contre qui on avait perdu 1-0 ! Après, mon petit frère (ndlr: Thierry Ambrose qui évolue à Manchester City) l’a lui-aussi fait pendant deux années de suite. J’en garde un excellent souvenir.

C’est grâce à ce tournoi que tu as rejoint Sens ?

Pas vraiment, l’entraîneur me voulait déjà avant et comme j’avais beaucoup d’amis qui jouaient à Sens j’ai rejoint le club. J’ai évolué en DH jusqu’à mes 18 ans et ensuite j’ai fait une fin d’année en CFA 2, puis on est redescendus en DH. J’ai quand même eu l’opportunité de disputer les quarts de finale de Gambardella. J’étais surclassé de deux ans cette année-là, et arriver en quarts quand tu as 15-16 ans, c’était déjà pas mal !

Surclassé de deux ans ?

(il se marre) Oui, j’étais déjà grand, en fait j’ai poussé d’un coup. Etre surclassé m’a aussi permis de jouer contre mon grand frère Joseph qui était lui à l’ESTAC ! Je me souviens qu’on était rentrés au même moment du match en deuxième mi-temps, j’avais joué milieu droit et on s’était inclinés.

Tu jouais encore milieu à cette époque ? Quand as-tu basculé en défense centrale ?

En fait jusqu’à mes 19 ans je jouais au poste de numéro 10, ou milieu offensif. Un jour le coach m’a essayé défenseur dans un schéma tactique à trois centraux.  J’ai fait mon match, et depuis ce moment là j’ai continué à jouer en défense centrale.

Comment s’est articulée la suite pour toi ?

J’ai fait une année en DH 19 ans et j’ai été sélectionné pour jouer en équipe régionale de Bourgogne. On était allés  à Toulouse pour un tournoi des régions où on avait gagné contre l’Alsace et perdu contre Midi-Pyrénées. Suite au tournoi, j’ai reçu des sollicitations et je suis allé faire un test à Louhans Cuiseaux. Il y avait un match amical de prévu contre l’AS Moulins, j’ai fait un bon match et au final l’entraîneur de Moulins m’a aussi fait une offre. J’ai donc eu le choix entre Louhans Cuiseaux et Moulins, et j’ai choisi Moulins en CFA, avec un contrat amateur.

Comment s’est passé ton séjour là-bas ?

Très bien, j’ai fait une bonne saison, ils ont voulu me proposer un nouveau contrat longue durée en fin de saison mais j’ai décliné l’offre, c’était trop long pour moi. Je me suis donc retrouvé sans rien pendant deux mois, sans club et sans recevoir aucun appel de personne !

Comment as-tu rebondi ?

Mon frère qui me conseille dans ma carrière m’a dit que les girondins cherchaient un défenseur pour la réserve en CFA. Il m’a proposé d’aller faire un test là-bas. J’y suis allé, j’ai fait trois entraînements, et on m’a fait signer. C’est comme ça que je me suis retrouvé à Bordeaux, un peu sur un coup de chance !

12308398_923331114404055_7745546825415206394_n

Comment se passent tes débuts en Gironde lors de la saison 2014-2015 ?

Je fais une bonne préparation, et pendant le premier match amical contre Fontenay je me blesse. Fracture de la cheville, du péroné, arrachement des ligaments, la totale. Je devais en avoir pour six mois à la base, j’ai fait 1 mois de plâtre, j’allais chez le kiné tous les jours, je bossais comme un fou et je suis revenu en quatre mois, j’ai repris en novembre. Premier match de reprise pour moi contre Pau, et là, je prends un carton rouge avec six matchs de suspension…

Tu avais fait quoi pour prendre 6 matchs ? Ca sent la petite gifle !

(il se marre) Exactement. Je revenais tout juste de blessure, et on s’est chauffés avec un adversaire. On s’est cherchés pendant tout le match, il me mettait des coups, je lui en mettais aussi, mais finalement il a été plus malin que moi vu qu’il m’a fait craquer. Je venais à peine de revenir et là je prends six matchs de suspension. Sur le retour, le coach m’a fait comprendre qu’il avait encore confiance en moi, qu’il savait que c’était un accident de parcours, et je suis définitivement revenu en février. J’ai enchaîné les matchs jusqu’à la fin de saison, on a terminé 5 ou 6e, et on m’a prolongé pour un an.

Jean AmbroseTu peux nous parler de ta saison actuelle ?

J’ai repris au mois de juillet et j’ai été appelé pour m’entraîner avec les pro avant un match amical contre Guingamp. Après ça j’ai continué de m’entraîner avec les pro et j’ai refait un amical contre Clermont. Je suis rentré à la mi-temps à la place de Sertic et on a gagné 2-0. J’ai ensuite enchaîné contre Eibar, une grosse équipe, et on avait pris 5-1. Le lendemain, vu qu’on avait pris une volée, je suis reparti avec la CFA, où c’était un peu difficile en termes de jeu.

Tu as vécu ton baptême du feu en Ligue 1 en décembre. Comment ça s’est passé ?

J’ai été appelé pour ma première en Ligue 1 pour le match contre Angers. Je suis rentré à la 88e à la place d’Enzo Crivelli, en attaque, pour le retour aux sources ! J’ai touché deux ballons, un de la tête et un contrôle poitrine, on fait 1-1 au final donc, pour ma première entrée en Ligue 1, j’étais vraiment content, et assez ému.

Tu as ressenti de la pression ?

Je ne suis pas le genre de personne à en avoir parce qu’au football tu sais jouer ou tu ne sais pas. Il peut y avoir des moments où tu n’arrives pas à jouer parce que tu n’es pas bien mais personnellement je n’ai pas de stress. Je suis rentré avec le sourire, premier ballon, je l’ai de la tête, deuxième ballon je l’ai aussi, ensuite l’arbitre siffle, donc je suis content. J’ai reçu beaucoup de messages de mes amis, l’ambiance était incroyable avec tous ces supporters.

Et après ça ?

Je suis resté avec les pro, j’ai fait Monaco, Lille, Nantes sur le banc.

Jusqu’à ta première titularisation ?

Oui, j’ai rejoué en Coupe de France contre Angers, et le coach a décidé de me mettre titulaire derrière. Il m’avait prévenu la veille donc j’ai eu le temps de réfléchir. J’étais derrière avec Lamine Sané et en début de match on n’avait pas trop le ballon donc je n’ai eu que des duels à jouer. Après ça on a pris le match en main. Sur un corner, centre de Valentin (ndlr: Vada), je la reprends du gauche, elle rebondit sur N’Doye, je passe à Jussiê qui marque. 1-0 avec ma première passe décisive !

Un gros début pour ton premier match titulaire, non ?

D’autant plus que sur le deuxième but je fais une montée de balle, je mets un crochet à l’attaquant, j’enchaîne avec une transversale de l’autre côté pour Abou Traoré qui la met dans l’axe, et on marque le second but. Pour ceux qui veulent être footballeurs c’est des choses que tu attends. Que ce soit coupe de France, coupe de la Ligue ou un match amical, quand tu mets une passe décisive et que tu es à l’origine d’un second but tu montres quand que tu es là ! A la fin du match le coach m’a tapé dans le dos en me disant qu’il était content de ce match. Jusque-là je suis avec les pro, je suis sur le banc, et j’attends le prochain match !

12360186_926493700754463_7800339575953823929_n

Quelles sont tes ambitions pour la suite ?

J’aimerais bien devenir titulaire avec Bordeaux. J’attends mon deuxième match pour vraiment confirmer que niveau football je peux évoluer en Ligue 1 avec les girondins. Je ne vais même pas parler de mon contrat parce que je pense que c’est sur le terrain qu’on va voir que je le mérite.

Les girondins ont la plus mauvaise défense de le première partie de tableau. Tu en penses quoi ?

Notre défense a souvent changé, on a eu beaucoup de blessures. Pallois est blessé, Pablo est blessé, on a mis Gilbert dans l’axe alors qu’il était à droite à la base, on a mis Poko à droite, donc c’est un peu difficile à gérer en termes de stabilité. Mais bon, j’ai confiance, on est en train de bien remonter et on va montrer qu’on est là et qu’on peut finir dans les cinq premiers de Ligue 1.

Tu es bien intégré au sein du groupe ?

Oui je suis très bien intégré, il y a beaucoup de garçons que je connais, il y a Lamine Sané, il y a aussi Yambéré et Gilbert qui étaient avec la CFA. Il y a beaucoup de bonne humeur dans la première des girondins. Il y a Poko que j’aime bien et que je considère un peu comme mon grand. L’ambiance du groupe est très bonne.

Une défense centrale Ambrose-Sané ça pourrait le faire ?

Mon premier match c’était avec lui. Il m’a parlé pendant 90 minutes. Je n’entendais que sa voix: « décale à gauche », « bien joué la passe », « je suis là ». Pour l’instant il faut qu’il se remette un peu en confiance mais pour moi c’est le vrai capitaine de défense à Bordeaux.

Que penses-tu des récents départs de Saivet et Khazri ?

Pour moi c’était les meilleurs joueurs bordelais. C’est un peu dommage pour le club mais pour des joueurs qui ont joué 3-4 années en France, tu comprends aussi l’envie d’aller chercher ailleurs. C’est ça la carrière, il faut essayer différents championnats. Après, on a aussi recruté des joueurs talentueux qui auront à cœur de se montrer.

Qui sont pour toi les plus grands Esthètes du Foot ?

Sergio Ramos parce que quand je vais à un match, je regarde des vidéos de lui. Il tacle partout, c’est le meilleur pour moi ! Après je dirais Messi et Ronaldo, mais Ronaldo le Brésilien.

Quel est le geste que tu aimes réaliser ?

La feinte de frappe, je l’ai faite sur le premier but contre Angers.

Quel est le geste que tu aimerais réaliser ?

La virgule, parce que j’aime bien. Je l’ai déjà tentée à l’entraînement mais j’ai failli me tordre la cheville (il se marre). J’en faisais quand j’étais plus jeune et que j’avais des plus petits pieds. C’est vrai que maintenant j’aimerais bien faire du 40 en pointure !

Quel est le match qui t’a le plus marqué récemment ?

Le dernier Barça Real parce qu’il y a de la rage dans ce match, ça va à 2000 à l’heure, attaque, contre attaque.

Quel est le joueur qui t’a posé jusqu’à présent le plus de problèmes ?

Je dirais Cheick Diabaté. Pour les défenseurs il est vraiment galère, il a un jeu dos au but qui est incroyable, tu ne peux pas lui prendre la balle. C’est aussi difficile de la tête contre lui.

Qui est l’Esthète du Foot à Bordeaux ?

Avant je t’aurais dit Henri Saivet mais depuis qu’il est parti je dirais Adam Ounas. C’est mon petit, et je le trouve très bon. Il est super rapide, il a un bon pied gauche, il est très technique.

Quel est ton meilleur souvenir sur le terrain ?

Ma passe décisive contre Angers.

Tu aurais fait quoi si tu n’avais pas été footballeur ?

J’aurais pu être vendeur, ou peut être faire autre chose dans la mode.

Pour finir aurais-tu un conseil à adresser aux jeunes joueurs qui visent le haut niveau ?

Si j’ai un conseil c’est de ne jamais rien lâcher. Quand tu as un rêve il faut aller jusqu’au bout. Si tu veux quelque chose il faut aller le chercher, tout passe par le travail.

Propos recueillis le 02/02/2016 – Credits photos: cfagirondins.fr

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre