José Manuel Pinto: le siffleur

José Manuel Pinto aka « le siffleur » vient d’être propulsé gardien numéro un du Barça grâce à la blessure de Valdès. Pinto est un de ces gardiens de but n°2 de légende car au FC Barcelone, la star sur le banc et dans les vestiaires, c’est lui ! A 38 ans, ce taulier expérimenté totalise 259 matchs dont 80 avec le club catalan. Portrait d’un type aux antipodes de l’image du joueur du Barça sage et docile.

Anecdote intéressante, Pinto c’est 2 cartons rouges dans sa carrière…jamais pris sur le terrain. Le gardien fantasque en prend un lors d’une baston générale pendant un match contre le Real alors qu’il est sur le banc, puis un autre, contre Copenhague et après le match, pour « tricherie », mais on y reviendra. On évalue son prix de marché à 500 000€, le prix d’un bon metteur d’ambiance et d’un type pour qui le football n’est pas tout.

Après 10 années de bons et loyaux services au Celta Vigo, le mythique portier est depuis 7 ans à Barcelone. Le palmarès de Pinto est aujourd’hui de 13 titres, 12 gagnés avec Barcelone et une coupe Intertoto gagnée avec le Celta en 2000. Au niveau des distinctions personnelles, Pinto a tout de même remporté le trophée Zamora du meilleur gardien de but en Liga (du nom de Ricardo Zamora, gardien de l’Espanyol puis du Real ayant remporté 3 fois le trophée entre 1928 et 1933) avec le Celta Vigo en 2006.

Physiquement plus proche d’un biker que d’un joueur de foot, le gardien barcelonais mène une double vie puisque « Wahin », son pseudo dans le milieu de la musique, est également producteur de hip-hop et a créé en 2006 son propre label Wahin Makinaciones. Pinto a notamment produit De Soprano et Delahoja, et pour votre petit plaisir, quoi de mieux que de le voir à l’œuvre en pleine composition dans la vidéo ci-dessous.

Niveau football et sécurité dans les bois, on repassera. Même s’il a pu faire de grand matchs (cf Barca Real en 2010-2011), le Sean Paul barcelonais (Sean Paul époque « tresses » et pas « crête de Ménez ») n’est ni sécurisant dans ses sorties ni dans son jeu au pied. Plus inspiré avec ses gants qu’avec des crampons, chaque ballon qui lui est mis en retrait est un moment d’une rare intensité pour les supporters dont je fais partie. Pour être sincère, la boule me monte au ventre quand je le vois sortir pour aller percuter les attaquants. Pinto, c’est un gardien…différent, d’une autre dimension, capable du meilleur comme du pire. Le genre de gardien capable d’annoncer à un attaquant de quel côté il va partir sur un penalty…et de l’arrêter.

Vous vous demandez peut-être pourquoi on surnomme Pinto « le siffleur ». Tout simplement car, lors d’un match de ligue des champions contre le FC Copenhague en 2010, le portier barcelonais s’est fait attraper après coup pour avoir imité le bruit du sifflet de l’arbitre sur une action danoise alors que l’attaquant n’était pas hors jeu. Tarif: deux matchs de suspension. Visiblement coutumier du fait, l’improbable gardien sifflerait pendant les matchs pour « diriger sa défense »… ou pour composer des beats ? On vous le dit, Pinto est vraiment un phénomène à part dans la planète football.

A propos de l'auteur

Vous aimerez aussi

Répondre