Le PSG au bout du suspense

Réduits à 10 après l’expulsion précoce de Zlatan, le PSG est allé arracher le nul 2-2 à Stamford Bridge au terme d’une incroyable prolongation.

CHE-PSG

Chelsea FC 2-2 PSG

Buteurs: Cahill (81e), Fabregas (95e) pour Chelsea / David Luiz (86e), Thiago Silva (114e) pour le PSG 

Il y a certaines soirées qui forgent l’histoire d’un club. Ce mercredi 10 mars restera certainement gravé dans celle du PSG.

Un long round d’observation

Débarqués en Angleterre pour inscrire au moins un but, les parisiens se savent attendus au tournant. Ce sera à eux de trouver une brèche dans la défense des Blues pour passer. La première demi-heure est un véritable round d’observation, avec deux formations en place qui ne cherchent pas à se livrer et qui privilégient les attaques placées. Le brief de Mourinho semble avoir contenu du vice, les Blues se roulant par terre à chaque contact.

Après un premier quart d’heure tranquille, Verratti croit bien obtenir un penalty pour un léger accrochage de Ramires dans la surface mais Mr Kuipers ne bronche pas (15e). Chez les Blues, Costa et Hazard se montrent un peu mais sont bien pris par une défense parisienne musclée. A peine la demi-heure passée et Ibrahimovic, transparent jusqu’alors, tacle maladroitement Oscar, Mr Kuipers n’hésite pas une seconde et sort le rouge direct pour le Suédois (31e). Un rouge sévère qui entraîne une grande mêlée sur la pelouse dont Motta ressort évidemment avec un jaune. Réduits à 10, la tâche des joueurs du PSG s’annonce encore plus compliquée.

Les Blues peinent en supériorité numérique

Les coups se font plus rudes et les jaunes tombent comme un Italien dans une surface. Oscar (37e) et Matuidi (40e) sont ainsi avertis. Côté jeu, les occasions ne se bousculent pas, et il faut attendre la 40e pour enfin voir la première frappe cadrée d’Oscar directement dans les gants de Sirigu. Chelsea ne profite pas assez de sa supériorité numérique et peine à se montrer dangereux. On joue la 41e quand Costa demande à son tour un penalty après un contact de Cavani. Comme à la 15e, Mr Kuipers reste de marbre et renvoie les 21 acteurs restants au vestiaire sur ce 0-0 tendu.

A la reprise, Mourinho fait entrer Willian à la place d’Oscar pour provoquer côté Maxwell alors que Blanc fait confiance aux 10 mêmes joueurs. Chelsea passe la seconde et Costa des 20m (47e), Willian sur un coup-franc vicieux (49e) et de nouveau Costa sur une tentative acrobatique (49e) donnent quelques sueurs froides aux parisiens qui ne craquent pas. Paris plie mais place enfin un contre intéressant quand Verratti régale au milieu pour trouver Pastore qui lance à son tour Cavani seul vers le but (58e). L’Uruguayen crochète Courtois et tente alors de frapper dans le but vide depuis un angle un peu excentré ; tel un vulgaire Lavezzi, El Matador trouve le poteau de Courtois !

Les locaux ont eu chaud, et on sent que la pression se fait de plus en plus lourde côté Blues. Les fautes se multiplient et les esprits s’échauffent, Diego Costa récolte un jaune orangé pour un tacle affreux sur Thiago Silva (73e), David Luiz monte au créneau et est lui aussi averti, tout comme Verratti sur une faute peu évidente sur Hazard (74e).

Les milieux parisiens souffrent physiquement et Matuidi est pris dans le dos par un décalage dans la surface de Willian pour Ramires qui frappe fort mais Sirigu réussit une parade déterminante (80e). Sur le corner qui suit, le ballon est cafouillé et retombe idéalement devant Cahill qui ne se fait pas prier pour fusiller Sirigu et ouvrir la marque (81e).

1-0, l’élimination cruelle se dessine pour un PSG à bout de souffle et Blanc décide de jouer le tout pour le tout pour marquer en remplaçant Matuidi et Verratti, rincés, par Rabiot et Lavezzi (82e). Oui, je dis bien Lavezzi, pour marquer.

La défense parisienne héroïque

L’Argentin entre de façon un peu brouillonne en portant un peu trop le ballon mais, sur un corner obtenu par Pastore, il délivre un ballon précis sur la tête de David Luiz qui place une tête puissante hors de portée de Courtois (86e). Paris exulte et s’offre une prolongation bien méritée alors que Costa aurait mérité l’expulsion après avoir bousculé Marquinhos dans le dos de Mr Kuipers (91e).

La tension est à son comble au départ des prolongations et Mourinho opte pour l’offensive en faisant entrer Drogba pour Ramires. Après seulement cinq petites minutes de jeu, les Blues obtiennent un penalty suite à une main de Thiago Silva, au duel de la tête avec Kurt Zouma (95e). Fabregas transforme et redonne l’avantage aux locaux, 2-1. Loin d’abdiquer, les parisiens se montrent dangereux sur coup franc et Lavezzi (99e) puis David Luiz (101e) forcent Courtois à s’employer. La sérénité des Blues a disparu et Hazard tente la simulation histoire d’obtenir un nouveau penalty mais Mr Kuipers ne porte pas le sifflet à la bouche (100e).

Diego Costa, incroyablement toujours sur la pelouse, continue de s’employer à pourrir la rencontre et ne cadre pas sa frappe du gauche (111e). Sur un corner parisien, Thiago Silva vient s’élever plus haut que tout le monde pour placer une tête que Courtois détourne d’une belle manchette salvatrice (113e). Sur le corner suivant, Silva, encore lui, récidive et claque cette fois-ci une merveille de tête lobée qui finit sous la barre du portier de Chelsea (114e).

Au bout du suspense, le PSG revient à 2-2 et parvient à tenir les six minutes restantes pour enfin pouvoir exulter. Les quarts de finale sont atteints, dans une de ces soirées qui vous forgent l’Histoire d’un club.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre