PSG 2 – 0 OM: le retour d'Ibra et Beckham un peu court

PSG OM

Une victoire nette et sans bavure, voilà ce qui pourrait résumer ce PSG-OM dominé de la tête et des épaules par un Paris supérieur dans tous les compartiments du jeu. Deux zéro score final, comme dimanche dernier en championnat, sauf que cette fois-ci, Zlatan Ibrahimovic a inscrit un doublé. Zlatan, parlons-en…

L’homme du match

Ibrahimovic réagit et plante un doublé. Très critiqué suite à sa dernière prestation assez lamentable, il faut le dire, le Suédois a montré qu’il était un grand joueur en répondant par un doublé aux attaques (justifiées) qui lui avaient été lancées, inscrivant ses 25è et 26è buts de la saison avec Paris. De joueur de maison de retraite rechignant à courir, ne proposant quasiment rien et marquant presque par hasard, Zlatan s’est remis dans le moule du joueur de classe mondiale qu’il a toujours été. Très (voire trop) présent dans les duels de la tête avec un nombre de fautes assez impressionnant, Ibra s’en est allé déposer Mendes à la course pour finir le pauvre marseillais « au physique » avant d’aller vicieusement inscrire le premier but entre les jambes de Mandanda. Il a récidivé en transformant un penalty obtenu après avoir littéralement bouffé Morel au physique dans la surface et quasiment à l’arrêt en prenant appui sur le défenseur marseillais qui a déjà du mal face à des adversaires moins coriaces. Puissance, vice, oui, Zlatan est de retour.

La bonne surprise

Van der Wiel a réalisé un bon match. VdW (pour les intimes) était annoncé comme un concurrent direct à Jallet au poste de latéral droit. En lieu et place de cela, le Néerlandais concurrence plutôt Tiéné au flipper et a le droit de jouer quand Jallet doit être ménagé. Il faut dire que VdW a la fâcheuse habitude de se prendre pour un attaquant et de laisser des boulevards dans son dos. Il a surpris son monde ce soir en réalisant un gros match avec un grand pont sur Barton et en contenant parfaitement André Ayew. Une bonne surprise donc, mais à surveiller lors de ses prochaines sorties comme le lait sur le feu.

Le bide

On ne parle pas ici du bide du gros Gignac. Côté marseillais, c’est l’ensemble de l’équipe qui n’a pas convaincu. Personne n’est vraiment ressorti du lot, à part peut-être justement Gignac, et Fanni. Au-delà de ça, beaucoup de déceptions et des joueurs clairement pas au niveau. Mendes a du souci à se faire avec ses gros problèmes de lenteur qui rappellent par moments les grandes heures des Hilton ou Civelli.

A part ça

Beckham trop juste. A chaque ballon touché par le spiceboy on sent bien que les commentateurs veulent qu’il réalise une transversale parfaite de 70m dans les pieds d’un attaquant qui s’en irait marquer un but fantastique. Sauf que ça, c’était au Real Madrid avec Ronaldo, Raul et Zizou. Becks a maintenant 37 piges et cherche d’abord à ne pas se blesser, quitte à faire copain-copain avec Sakho, son meilleur pote au cours du match. Alors je vais le dire, non, Beckham ne m’a pas du tout convaincu dans le jeu. Trop lent, trop mou, refusant le ballon sur quelques phases de jeu et foirant même quelques transversales, Becks est ce genre de gars qui prend un mégaphone pour te signaler qu’il va te faire une ouverture. Il lève alors son bras gauche, pose bien son pied pour ne pas se répéter le tendon d’Achille, se recoiffe (c’est important) et envoie son coup de patte si tant est qu’un adversaire n’ait pas eu le temps d’intervenir. Il m’a par contre beaucoup plus convaincu lors de son embrouille avec Jordan Ayew, sûrement ce qu’il a fait de mieux pendant la rencontre. Patience, laissons-le retrouver du temps de jeu.

Question du jour. Pouvez-vous imaginer une coupe plus laide que celle de Jordan Ayew ? A défaut d’avoir du goût, le marseillais n’a pas non plus de respect pour piétiner insolemment Mister Beckham et venir chercher par la suite le duel pectoral. Un peu de respect mon garçon ! Et dire que tu devais avoir des posters du spiceboy dans ta chambre il y a à peine quelques années…son entrée en jeu a étonnamment coïncidé avec une hausse de l’agressivité des Parisiens. Comme quoi, je ne dois pas être le seul à avoir de l’urticaire à la vue de cette ignoble crête blonde.

La barre de rire du match. Nous jouons la 37è minute de jeu, suite à un long ballon aérien, Barton, pour changer, met un coup à Zlatan et reproche au Suédois de lui avoir mis un coup de coude. Explication de texte entre les deux « cas sociaux » jusqu’à ce que le marseillais réalise LE plus beau geste de cette soirée : se foutre de la gueule d’Ibra en mimant avec son doigt l’immense nez du Suédois. Ambiance…

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre