Les meilleurs buteurs de Ligue 1

Cet article des mathématiques du football est la suite de l’Article 2 dans laquelle nous vous avions proposé une analyse des 8 meilleurs buteurs de ligue 1 sur la première partie de saison. Nous allons donc ici tout d’abord brièvement analyser les 8 meilleurs buteurs de la deuxième partie de saison pour ensuite nous concentrer sur les 8 meilleurs buteurs finaux de la L1.

Sur la 2ème partie de saison, nous avons retenu non pas les 8 mais les 9 meilleurs buteurs (au moins 7 réalisations sur la seconde partie de championnat) dont seulement 4 étaient déjà présents dans le top 8 de la 1ère partie de saison : Gomis, Nenê, Lisandro et Giroud. Nous allons donc nous attarder dans un premier temps sur les joueurs n’ayant pas confirmé leur bon début de championnat en ne réussissant pas à se faire une place dans le top 9.

Les recalés : Gameiro, Remy, Alain Traoré et Oliech.

Gameiro (Paris Saint Germain) : l’arrivée de Carlo Ancelotti a tout simplement pourri la saison de l’ancien merlu. Avec 9 buts en milieu de saison, Gameiro aurait pu prétendre au podium des meilleurs buteurs de L1, mais avec seulement 2 buts en seconde partie de championnat, une relégation aux seconds rôles dans l’effectif parisien et une disparition de l’Equipe de France, il a vécu un long chemin de croix dont il se souviendra. Il ne risque d’ailleurs pas d’oublier non plus les conseils de Laurent Blanc : rester en France pour avoir plus de visibilité pour jouer l’Euro. Une saison à oublier.

Rémy (Marseille) : Rémy est sortie du top 8, mais en même temps, il ne pointait qu’à 7 buts en 1ère partie de championnat (5 seulement sur la deuxième). Les blessures et la 2è partie de saison totalement ratée de l’OM expliquent qu’il n’ait pas pu se maintenir au sommet. Un bilan très mitigé pour un international tricolore (à lire en parallèle aux performances d’un Giroud en pleine forme ou d’un Benzema déchainé).

A.Traoré (Auxerre) : seulement 2 buts en 2ème partie de championnat (comme Gameiro). Alain Traoré n’a pas pu éviter la descente aux enfers de son club. Victime d’une lésion musculaire contractée lors de la CAN 2012 avec sa sélection Burkinabaise, il a été spectateur du catastrophique retour de trêve des bourguignons. L’arrivée de Jean Guy Wallemme à la place de Laurent Fournier n’a pas facilité son retour en puissance et n’a pas permis d’éviter la catastrophe!

Oliech (Auxerre) : 3 buts en 2ème partie de championnat, sa combativité et son coté « fonce tout droit » ne lui auront pas permis de conserver le même niveau qu’en début de saison. La blessure d’Alain Traoré aura aussi affecté son rendement. Kapo, Contout et autres n’ont peut-être pas su appréhender le jeu « brut » d’Oliech pour le mettre dans de bonnes situations. En clair, ils n’ont pas su lui envoyer des ballons dans la profondeur pour qu’il courre comme un bœuf et tire comme un bourrin. En définitive, le mutisme des attaquants auxerrois devant les buts expliquent bien leur billet composté pour la ligue 2 à deux journées de la fin. Un vieil adage malaysien ou bourguignon, on ne sait pas trop: Au foot si tu ne marques pas tu ne gagnes pas !

Après ces recalés qui nous ont clairement déçu, place à d’autres joueurs qui se sont révélés ou ont mis un coup de boost dans la seconde moitié de saison, se faisant une place au sein du top 9. Les nouveaux arrivants sont : Hazard, Aubameyang, Gouffran, Pastore et Belhanda.

Belhanda (Montpellier) : C’est le seul nouvel arrivant de l’étude qui ne fait pas partie des meilleurs buteurs finaux de la L1. Avec un ratio de buts par match moyen de 0.43, il est classé 6ème en termes de rendement « réel ». Il a manqué beaucoup de matchs (à cause de la CAN notamment) mais a su se muer en buteur dans cette deuxième partie de cette saison, ce qui fut une plus-value non négligeable au niveau de l’armada offensive héraultaise. Quelques penalties (3), un chef d’œuvre (le but de l’année) et quelques autres pions décisifs. Un bilan qui lui vaut l’honneur d’être nommé aux cotés des Nenê, Hazard et Giroud pour le titre du meilleur joueur de la ligue 1. Ne reste plus qu’à briller en Ligue des Champions, une petite « branlette espagnole » (sic…), parisienne ou anglaise et il aura l’Europe à ses pieds.

Nous allons maintenant nous intéresser à la saison entière, dont nos 4 gagnants (présents dans les 2 parties) font bien évidemment partie !

 

Le graphique est clair : Giroud a largement dominé le panel tout au long de la saison, avant de se faire rattraper par Nenê lors de l’avant dernière journée.

Aubameyang (Saint-Etienne) : Un bilan positif sur la deuxième partie de championnat avec 10 buts à son actif, mais son rendement ne permet quand même pas à St-Etienne de jouer les compétitions Européennes l’année prochaine. Comme dirait Mourinho « ce sont des buts qui ne servent à rien » puisque son équipe n’a pas pu accrocher cette place qualificative pour la Ligue Europa. En plus de ses 16 buts sur la saison, le Gabonais, malheureux à la CAN puisqu’il a loupé son penalty contre le Mali, a offert 6 passes décisives : il est donc impliqué directement dans près de 50% (45% exactement) des buts de son équipe.

Gomis (Lyon) : il fait partie des « gagnants », faisant partie du palmarès lors des 2 mi-saisons, mais n’est pas sur le podium final. « L’énorme Gomis » ou encore « bafégoal » comme certains aiment à l’appeler finit la saison avec des statistiques honorables (malgré 2 petites passes décisives seulement sur la saison).

Gouffran (Bordeaux) : Bonne deuxième partie de championnat pour Gouffran, qui offre à Bordeaux (il faut le dire) sa place en Europa Ligue en marquant lors de la dernière journée le but de la victoire (à la 68ème minute pour le 3-2) ou encore le penalty la dernière minute face à Lorient lors de la 37ème journée. Il a eu un temps de moins bien, (coïncidence ou pas, on vous laissera juger), mais peu de temps après avoir mangé une petite saillie signée Pierre Ménès, il s’est remis à marquer. Bordeaux peut donc dire merci à Pierre Ménès. Peut être faudra-t-il penser à charrier le bordelais dès le début du championnat pour qu’il soit encore plus régulier la saison prochaine.

Pastore (PSG) : Pastore était l’homme que tout le monde attendait. 42 Millions d’euros, le plus gros transfert de l’histoire de la L1, et de loin, les gens voulaient voir des choses… Ils ont certainement été à moitié déçus. Et Pourtant ! Pastore termine sur un bilan plus qu’honorable avec 13 buts (pas de penalties) et 5 passes décisives à son compteur. Des statistiques qui ne sont pas au niveau des plus grands, mais pour un milieu offensif dans sa première saison en L1, les débuts sont prometteurs.

Lisandro (Lyon) : « Licha » comme certains l’appellent, le teigneux argentin de L1 ressort de sa saison avec 16 buts malgré des blessures assez conséquentes et seulement 28 apparitions en L1 cette saison. Renard des surfaces par excellence, électron libre, ailier qui court au diesel, Licha peut tout faire. Quand il est sur le pré, Lyon va mieux. Malgré un début de saison assez difficile, 13 journées sans marquer pour cause de blessure et méforme, Licha s’est rattrapé lors de la dernière ligne droite avec 7 buts en 8 matchs. La preuve indéniable de son talent.

Passons maintenant au top 3 de la L1 cette année, les seuls joueurs que l’on retrouve dans les 6 meilleurs buteurs ET dans les 6 meilleurs passeurs du championnat!

Nenê (PSG) : le parisien finit le championnat meilleur buteur ex-æquo et avec 10 passes décisives (soit 1 de plus que Giroud!). Fidèle à lui-même, le simulateur / créateur de jeu / buteur parisien de bientôt 31 ans était cette année sur tous les fronts.

Giroud (Montpellier) : LE buteur de la saison. Un joueur des temps modernes. Athlétique, technique, buteur et passeur. C’est simple, Giroud sait tout faire (sauf du Messi ou du CR7). Il a été un des grands artisans du titre du MHSC et du spectacle en Ligue 1. Dangereux en dehors et dans la surface de réparation, son pied gauche option chirurgicale, sa qualité de jeu de tête Drogbaesque, une capacité de remise rare, et pour finir des centres dignes des plus grands gauchers (on s’enflamme juste un peu). Giroud buteur complet et passeur atypique, un joueur à double tranchant ! 21 buts dont seulement 2 sur penalties et 9 passes décisives dont celle face à Lille. Epique ! On lui souhaite de pouvoir s’exprimer à l’Euro. Concernant le parallèle Nenê / Giroud, il convient de noter que le parisien a inscrit 43% de ses buts sur penalty contre seulement 10% pour Giroud… Il faut donc relativiser !

Hazard (LOSC) : son absence du panel de première partie de saison paraissait étrange, mais le lillois est revenu en force après la trêve! Avec 13 buts, il est petit poulain derrière Nenê sur les 19 derniers matchs. Sur la saison, il offre tout de même 15 passes décisives et est donc impliqué directement dans 50% des buts Lillois ! Reste maintenant à voir si le petit belge pourra être aussi brillant chez nos amis anglais… et si Lille sera toujours aussi compétitif sans lui !

A propos de l'auteur

Vous aimerez aussi

Répondre