L’OM et Montpellier se neutralisent

La saison passée, Courbis était venu jouer un vilain tour aux marseillais en s’imposant 2-0 au Vélodrome. Cette année, il y avait de part et d’autre des ambitions pour espérer faire un bond au classement. Les deux équipes se sont séparées sur un match nul 2-2 et ont offert un beau spectacle. En termes comptables, l’OM reste 9e et Montpellier n’est toujours qu’à un petit point du premier relégable.

OM-MHSC

OM 2-2 MHSC

Buteurs: Cabella (48e), Sarr (72e) pour l’OM | Ninga (32e, 56e) pour Montpellier

Le milieu marseillais était orphelin de son cœur et de ses poumons suite à l’indisponibilité de Diarra, mais le club phocéen avait opté pour l’occasion pour une greffe Romao-Barrada, en espérant que cela prenne. C’est dans l’entrejeu que la différence devrait se faire avec un match dans le match entre les dépositaires du jeu de part et d’autre: Cabella côté OM et Boudebouz pour le MHSC. Après 2 minutes de jeu et un bon service de Barrada, Batshuayi perd son face à face et manque le coche d’entrée ! Le match est lancé.

L’OM manque le coche et se fait punir

L’entame est un peu brouillon des deux côtés mais le 4-5-1 de Courbis est compact. A la 10e, Brice 3D se met en sac à dos sur Martin dans la surface, on frissonne au Vélodrome car on craint un péno mais Mr Varela ne bronche pas ! Première suée pour Bengouss. Dans cette partie, les coudes sont pointus et les maillots élastiques, ce qui hache pas mal le jeu. La possession est phocéenne (62%-38%) et Hilton et Congré sont très en vue, ce qui n’est pas nécessairement bon signe. Il faut attendre la 25e pour une nouvelle occasion sur une inspiration de Barrada pour Cabella qui, sur une roulette inspirée, se retrouve face au but mais est repris de justesse. La balle mal dégagée arrive sur Isla qui sert Djadjédjé qui, lui, envoie un ovni sur la Canebière…

Côté visiteurs, Boudebouz est le seul à causer du tracas par ses changements de directions et ses orientations précises. A la 32e, le gaucher sert d’un exter’ un régal de ballon à Ninga qui laisse les tortues de la défense de l’OM derrière. L’attaquant Tchadien, belle trouvaille des scouts du MHSC, vient ajuster Mandanda pour l’ouverture du score ! 0-1, Punition.

Cabella remet l’OM dans le coup…

Marseille n’est pas récompensé de son entame et se fait punir à force de croquer ou de ne pas finir ses attaques. Les centres de G-K Nkoudou trouvent des têtes montpelliéraines et ceux de Brice 3D…le troisième poteau ! L’absence d’Alessandrini se fait sérieusement sentir dans le couloir. A la 38e, Diam’s Barrada est servi par Romao et peut parfaitement ajuster la cage mais ce diable de Pionnier s’interpose. Batshuayi a bien suivi, mais Hilton, du haut de ses 38 ans, est plus prompt ; Michy prend sur le coup un carton pour excès d’engagement. Tant qu’à faire…  

Les locaux ont pour l’instant tiré à blanc et regagnent les vestiaires avec des regrets légitimes.   Sarr et Mendy remplacent respectivement Romao et  Manquillo à la pause : Michel a donc opté pour l’offensive. Il est récompensé dès la reprise lorsqu’un centre de Sarr trouve Barrada qui remise sur Batshuayi et Cabella qui tentent une double frappe des frères Derrick. Michy se manque mais pas Cabella, et c’est l’é-ga-li-sa-tionnnnn (1-1) !  
 

…mais Rekik oublie ses yeux

Montpellier ne perd pas de temps pour réagir. Boudebouz profite d’un corner inexistant mal sorti pour remettre dans le paquet. Rekik, apparemment venu sans lunettes, sans lentilles et surtout sans globes oculaires loupe son dégagement, servant par la même occasion sur un plateau l’opportuniste Ninga (55e). Le premier buteur du match ne se fait pas prier et allume Mandanda à bout portant pour le doublé (1-2).

L’OM chancelle mais parvient à se remettre dans le sens de la marche à partir de l’heure de jeu avec une frappe de Nkoudou qui oblige Pionnier à la parade (63e). On joue la 71e quand ce même Nkoudou en bout de course parvient à redresser un ballon, déjà sorti mais non signalé, pour Sarr qui s’arrache et pousse la balle dans le but vide (2-2), l’OM a eu beaucoup de chance, le stade se décide à pousser pour faire basculer favorablement la rencontre.

On se quitte bons amis

Brice 3D est déchaîné, Courbis lance des options offensives avec Camara, il y a du KO dans l’air ! D’autant que les défenses sont mises à rude épreuve et prennent des risques à l’instar de Mendy qui met des petits ponts dans la surface. Il n’y a plus de milieux, c’est du hourra football ! Barrada sort après un débordement ayant offert un corner sur lequel un cafouillage voit le gardien tout heureux de récupérer le cuir. Il y a des espaces partout et la pluie fait fuser la moindre frappe. A la 84e Cabella est persuadé de trouver la lucarne sur sa frappe à l’entrée de la surface mais Pionnier s’interpose une fois de plus ! Trois minutes plus tard Nkoudou met en difficulté Deplagne sur un contrôle et obtient un coup-franc ; Batshuayi, auteur d’un sale match, s’empare du ballon. Sa frappe trouve le mur. Les deux minutes de temps additionnel n’amènent rien de plus. L’OM n’a toujours pas trouvé un système feng-shui à la maison pour enfin gagner. Ce soir on n’a pas vu un nul mais plutôt un match qui finit à égalité, on entendra certainement des commentaires sur l’arbitrage, mais Nicollin ne mettra pas tout à la poubelle.  

 

A propos de l'auteur

Romantique du Football qui aime le beau geste et considère ce sport comme de la poésie en mouvement. Fan de Pelé, Papin, Rooney et CriCri... il aurait mis près de 1037 buts depuis qu'il a signé sa première licence

Vous aimerez aussi

Répondre