Monaco caviar, Paris poissard

Ligue1La Russie était à l’affiche de ce we sportif avec les championnats du monde d’athlé à Moscou et la large victoire de « Monacov » 4-1 face aux hommes du gros loulou. Encore réduits à 10 suite à l’expulsion de Congré, les montpellierains se souviendront d’un homme en particulier, et ce n’est pas Radamel Falcao. Le martiniquais Emmanuel Rivière, auteur du premier hat-trick de sa carrière, s’est montré d’un réalisme insolent pour venir punir les hommes d’Antonetti.

Monaco caviar

Après un premier but fouineux entaché d’un attrapage de short du pauvre Congré – exclu en seconde période – pour conclure d’un lob astucieux, Rivière à ensuite repris victorieusement (et involontairement?) un corner de la cuisse ou du genou, on ne sait pas vraiment. Sur le but du 4-1, qui n’a pas dû être le plus difficile à inscrire de sa carrière, le ballon lui est revenu dessus devant le but désert après une frappe repoussée par le gardien montpelliérain. Réussite maximale pour le natif du Lamentin qui figure en tête du classement des buteurs avec 4 réalisations en 2 journées, soit 50% de son meilleur total en L1 sur une saison (8 buts). De retour de blessure, celui qu’on n’attendait pas comme un titulaire indiscutable est en train de faire son trou au sein de l’effectif monégasque, et ce n’est qu’une demi surprise vu son potentiel. On aime.

Paris embourbé dans la poisse

La réussite qui a souri à Monaco a manqué au PSG hier face à Ajaccio (1-1). Dégoûtés par un Ochoa des grands soirs bien suppléé par ses montants, les hommes de Blanc ont rapidement concédé un but sur une superbe frappe de Pedretti (la seule du match côté Ajaccio) dans le petit filet de Sirigu avant de reprendre le match à leur compte. Il aura fallu un exploit de Cavani et 32 tirs pour tromper la vigilance du gardien de l’ACA, sachant que ce n’était pas Lavezzi « Lavendange » en pointe. Des stats de baby-foot avec une possession à la limite du 80-20 pour un nul 1-1 face à un prétendant au maintien. On aurait tendance à appeller ça la poisse ultime si le jeu parisien n’avait pas été décevant jusqu’à la sortie de Pastore et l’entrée de Lavezzi, très actif sur le couloir. El Flaco, encore une fois lent, mauvais, et tout ce qu’on veut, va devoir se bouger s’il veut sauver ses miches et ne pas finir Gameiroïsé dans l’oubli.

Les fans de foot peuvent se réjouir, Monaco est une équipe qui tourne bien avec un collectif qui démontre assez fière allure. Sans James Rodriguez ni Moutinho, les hommes de Ranieri paraissent déjà maîtriser leur sujet avec un jeu fluide utilisant la largeur et des attaquants à l’aise dans la profondeur. Leurs ailiers comme le jeune Lucas Ocampos, un autre Lucas sud américain mais qui lui ne fait pas que repiquer dans l’axe, font déjà très mal aux défenses adverses, et ce n’est pas Tiéné qui vous dira le contraire…‎

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre