Rennes 0 – 2 PSG: les notes des parisiens

Une prestation collective d’assez mauvaise facture pour les Parisiens qui n’auront jamais su prendre la mesure de leurs adversaires. Le PSG peut remercier Ménez et son exploit sans qui la victoire aurait certainement échappé aux hommes d’Ancelotti.

Sirigu (5): à part nous faire marrer en se prenant pour un fin dribbleur pour finir par foirer un crochet face à un attaquant rennais, il ne nous aura pas fait rêver outre mesure. En difficulté sur sa sortie à la 70è. Bof.

Van der Wiel (5,5): le Néerlandais a été un des rares Parisiens à montrer de bonnes choses. Présent dans quasiment tout le couloir droit suite au recentrage persistant de Chantôme, il a été impliqué dans presque tous les bons coups…enfin tous ceux qui n’auront pas été décisifs… Un manque de spontanéité (15è) et de justesse dans ses choix offensifs, mais ça s’améliore.

Camara & Sakho (4): d’une pierre deux coups. Fébriles du début à la fin, les deux hommes de la charnière n’ont guère rassuré la défense, contribuant à la fébrilité parisienne. Beaucoup trop d’occasions concédées, trop d’imprécisions dans les relances pour Sakho et des interventions toujours à l’extrême limite pour Camara, notamment sur une bourde de relance à la 92è. Flippants.

Maxwell (4,5): assez discret offensivement il n’a pas semblé en pleine mesure de ses moyens physiques, se signalant uniquement sur un coup-franc déposé sur la tête de Zlatan. Peu aidé il est vrai par le match très en dedans de Matuidi, il devra faire plus mercredi pour contenir les montées incessantes d’Alves. Peut-être était-il d’ailleurs dans son quart de finale retour…

Matuidi (4): le pilier de l’équipe parisienne est passé totalement au travers d’un match au cours duquel il a paru emprunté et jamais dans le bon tempo. 40 ballons perdus sur 71 joués, son influence dans le jeu a été plus que réduite et il a pêché dans la récupération et la projection vers l’avant. Un vrai coup de mou.

Verratti (4): des tacles immondes, des gestes de mauvaise humeur, un maigre impact sur le jeu malgré quelques ballons par-dessus la défense qui n’ont rien donné. Résultat, une sortie à la mi-temps remplacé par l’homme aux cheveux qui ne bougent pas. Beckham (4,5) n’a pas apporté plus dans le jeu que Verratti. Le spiceboy est tout de même passeur décisif sur le but du 2-0. On appelle ça avoir du flair pour jouer les bons coups. Dans les côtés « moins » on l’a vu tirer un corner directement en 6m et apparaître à l’écran avec une mèche de travers. Indigne.

Ménez (6): heureusement qu’il a eu ce coup de génie à la 58è minute pour le sortir d’un match sans relief au cours duquel il est resté beaucoup discret au regard de ses qualités de provocation et de percussion. Ce but venu d’ailleurs après avoir éliminé 5 rennais restera dans les mémoires et témoigne du gâchis autour du potentiel de l’ailier parisien trop peu souvent titulaire ces derniers temps. Remplacé par Pastore (non noté) à la 76è minute. L’Argentin est à l’origine du second but puisqu’il décale Beckham dans la surface.

Chantôme (4,5): positionné sur le côté droit il a clairement joué dans l’axe pour venir harceler les milieux rennais. Il s’est montré combatif et engagé mais a trop peu apporté offensivement pour un milieu de terrain.

Gameiro (3,5): aide toi, et le ciel t’aidera. L’ancien merlu a joué à contre-courant en ne capitalisant pas sur ses forces, à savoir sa rapidité. Il n’a jamais tenté ni de provoquer balle au pied ni de prendre la défense de vitesse, se contentant d’attendre le retour des défenseurs. Que de mauvais choix et des statistiques forcément ignobles avec un taux de déchet proche du 100% (21 ballons perdus sur 22 joués). A ce rythme, il risque fort de signer chez Nicollin. Le déchet, lui, ça le connaît. Remplacé par Lavezzi (non noté) à la 66è qui ne s’est pas montré sur les 25 dernières minutes.

Ibrahimovic (6): du déchet dans le jeu et des loupés dans ses tentatives face au but pour le Suédois qui aura notamment bouffé une occasion en or après avoir pourtant fait 90% du travail en éliminant Kana Biyik d’un superbe contrôle orienté en appui sur le défenseur rennais. Et pourtant, Ibra s’est révélé précieux sur quelques phases d’orientation du jeu, notamment sur des décalages pour Van der Wiel ou des remises de la tête. Son 26è but en championnat, entaché d’un très léger hors jeu, est venu récompenser sa prestation.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre