OM 1-2 PSG: les notes des parisiens

Paris réduit à 10 et mené 1-0 au Vélodrome a réussi à renverser la vapeur pour finalement s’imposer (1-2). Les hommes de Blanc ont maîtrisé leur sujet face à des marseillais beaucoup trop passifs pour pouvoir espérer quelque chose dans cette rencontre. Retour sur les prestations des parisiens.

Sirigu (7): pour une fois qu’il a eu du boulot il s’en est plutôt très bien sorti. D’abord à l’affût sur une belle horizontale après un coup-franc vicieux de ce bon Valbuena (12è), Salva s’est ensuite montré décisif en deux temps devant J.Ayew puis Valbuena (21è) avant de détourner en corner une frappe puissante de Payet (62è). Précieux.

Van der Wiel (7): encore un bon match pour le batave de nouveau décisif sur l’égalisation parisienne grâce à son centre pour Maxwell. Côté défensif, VdW a été bon et a bien contenu A.Ayew qui n’est pourtant pas le client le plus facile à gérer de la L1.

Alex (6): assez peu en vue durant la rencontre, il s’est contenté de ne pas se trouer, ce qui est déjà pas mal. Il est parfois monté apporter son soutien précieux de la tête sur les phases offensives sans toutefois parvenir à se dégoter un bon ballon.

Marquinhos (7): le brésilien à l’appareil dentaire est en train de prendre match après match une dimension assez colossale. Très solide derrière et propre dans ses interventions, il s’est battu pour obtenir le penalty pour la victoire parisienne. Il confirme que les espoirs placés en lui et l’investissement pour l’engager ne sont pas le fruit du hasard.

Maxwell (7,5): buteur de la tête pour l’égalisation parisienne sur un centre de Van der Wiel (45è), il a réalisé un gros match. Petit bémol sur ce débordement de Fanni qu’il n’a pas réussi à suivre, laissant le marseillais s’infiltrer dans la surface. Dans la même situation, avec Koscielny ça aurait été péno.

Motta (3): il était plutôt moins bien rentré dans son match que ses collègues du milieu avant de « bourder » grossièrement en subissant son contrôle de la tête dans sa propre surface. Ce diable de Valbuena, plus vif que lui, en a alors profité pour venir lui chiper le ballon. Souci, Motta avait déjà armé son dégagement qui a fini dans le pied du lutin marseillais. Penalty et carton rouge de ce bon vieux Clément Turpin, donc game over pour Motta à la 37è. On pourra refaire l’histoire, le penalty est là et le carton rouge reste à l’appréciation de l’arbitre qui a dû, on l’espère, considérer un cas d’annihilation d’action de but.

Matuidi (8): mais où va-t-il chercher son énergie. A-t-il un jumeau qui rentre à sa place à la mi-temps ? Simplement monstrueux dans l’activité, toujours en train de faire les courses vers l’avant puis de venir se replacer en sprint. On l’a ainsi vu se faire balancer par N’Koulou dans la surface marseillaise (54è), 10 secondes plus tard, il était à son poste. Il est clairement un des meilleurs parisiens du moment, pourvu que ça dure.

Verratti (6,5): le jeune italien a été moins en vue que lors de sa dernière sortie du fait qu’il y avait moins d’appels devant et qu’il n’a pas pu servir de rampe de lancement pour la flèche Lavezzi. Il s’est projeté vers l’avant avec notamment une tête qui n’a pas trop inquiété Mandanda (36è). Averti pour contestation après l’expulsion de Motta, il est resté propre jusqu’à la fin du match. La maturité viendrait-elle à le toucher ?

Lavezzi (5,5): il aura joué 37 minutes au cours desquelles il n’aura pas eu le temps de se mettre en valeur. Il a fait les frais de l’exclusion de Motta en cédant sa place, toujours dans le bon état d’esprit à base de « Vamos, vamos » délivrés à Rabiot (6,5). Le jeune parisien n’a pas fait de vagues mais a été précieux à la récupération, montrant une nouvelle fois qu’il pouvait s’intégrer sans problèmes dans ce milieu parisien très très haut niveau.

Cavani (6): il aurait pu faire les frais de la sortie de Motta mais Blanc a préféré se passer de Lavezzi. Cavani a donc fait les efforts pour prouver qu’il méritait sa place sur le terrain. On l’a vu beaucoup défendre avec une grosse activité, mais au détriment de son dynamisme offensif. Remplacé par Lucas (non noté) à la 82è minute. Le brésilien a joué à la passe à 10, mais tout seul.

Ibrahimovic (6): une pichenette un poil trop longue pour Cavani (19è), un penalty marqué (66è) et puis c’est tout. A l’image de ses récentes sorties le Suédois a énormément décroché mais il n’est pas parvenu à peser offensivement car trop brouillon dans ses choix. Il est resté trop discret devant. Remplacé par Camara (non noté) à la 76è que l’on a vu dépasser le milieu de terrain balle au pied. Rarissime.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre