OM-Caen: Fast and Furious

‎Un vendredi tranquille, je sors de table pour le coup d’envoi et j’ai à peine le temps de me caler dans mon siège que Marseille a déjà passé la seconde. Un démarrage sur les chapeaux de roues comme je les aime. Batshuayi est ceinturé par Yahia, l’arbitre flash le défenseur : une minute de jeu et déjà un péno ! J’enfile mon bob Pastis 51 et je fanfaronne déjà mais je réalise en voyant celui qui a provoqué le penalty s’avancer pour le tirer qu’il va nécessairement le louper. Il démarre, patine un peu et envoie dans l’angle mort sur Vercoutre…quel gâchis !

OM-Caen

L’OM domine comme on ne l’a pas vu depuis longtemps, c’est le gros moteur du début de saison qui vrombit mais en face les caennais ont un pilote en la personne de Feret qui, à la 15e, lance le bolide Bazile qui envoie une frappe de mule que Mandanda boxe tant bien que mal. Morel le supplée dans un second temps !!! Ouf !

L’OM bombarde en première mi-temps

Le match est équilibré et Yahia par ses interventions de muscle-car frôle le second carton. Caen carbure au Super et Sala oblige Mandanda à une détente de carpe pour envoyer le cuir sur la transversale (20e). Bazile, qui a mis un félin dans son moteur, lâche coup sur coup deux frappes du tigre que n’aurait pas renié Mark Landers (25 et 26e), avant que Nangis sorte de la piste, blessé. On va d’un but à l’autre et à la demi-heure de jeu, Ocampos grille la priorité à son défenseur pour s’offrir une frappe qui s’en va flirter avec les montants. A peine deux minutes plus tard, c’est Thauvin qui allume à son tour et tue le dernier écureuil présent sur le toit du Vélodrome !

A la 36e, Ayew est servi par Dja Djédjé. Le ghanéen  active les ressorts et propulse un boulet de canon sur la transversale !!! Ça sent le KO ! Dans le feu de l’action, on se rend compte que Bazile a abusé de la nitro. Il a trop tiré sur le moteur et la dépanneuse le raccompagne au vestiaire ; second blessé. On joue la 42e quand Feret slalome et ajuste un caviar pour la tête de Sala…les phocéens ne doivent leur salut qu’à une sortie casse-cou de leur portier Colt Seavers ; waow, heureusement que j’ai ma gourde pour me remettre de toute cette action !

Enfin, à la 47’, tout le stade peut hurler à la pleine lune « Ayeeeeeeeeeeeew » car le Monsieur Plus a bien suivi une frappe de mouchette de Payet détournée par Vercoutre. D’un tacle rageur il devance Yahia et ouvre le score. Pleins phares sur le ghanéen qui nous gratifie d’une glissade frein à main sur les genoux pour fêter son but ! 1-0 à la mi-temps.

Le crash en mode Paul Walker

La deuxième période démarre en mode diesel mais on sent que Caen va accélérer ! La défense marseillaise est un peu au point mort et il y a des boulevards au milieu ; Mandanda peut dire « A MENdy » un grand merci pour sauver sur sa ligne à la 55e. A l’heure de jeu, alors que le Fada vient de faire un double changement avec notamment Gignac à la place de Batshuayi, on croit au coaching gagnant sur une splendide occasion que la défense bretonne repousse in extremis. Le mode turbo du match est à nouveau actif !

Sur l’autoroute du titre, l’OM semble avoir mit son clignotant pour passer à gauche de Paris lorsque Mendy frappe et que Vercoutre, qui avait pourtant repoussé, voit Gignac lâcher la caravane pour se jeter devant le but et corser l’addition pour le 2-0 (62e).

Caen ne démérite pas dans cette partie et pour preuve, à la 66e, à la suite d’un corner foireux, super-Seube montre qu’il a lui aussi le sens du but en déviant astucieusement au premier poteau dans les filets de Mandanda qui, après 250 arrêts, ne peut pour une fois pas faire grand chose. Le stade se calme. On connaît dans les travées l’importance d’un troisième but…

69e, loin de passer la marche arrière, Caen sent que c’est le bon moment pour activer le kit Nos.

Nos

Le stade est alors médusé de voir Sala se retrouver en face à face avec le portier marseillais et glisser la balle entre ses jambes. 2-2, et sans deux bons gardiens, ce serait même 4×4. Le match est loin d’être fini et l’ex lyonnais Vercoutre est bien heureux de dévier la demi-volée de Thauvin (75e). Cette partie fera décidément un malheureux si ce n’est un mort avec mon cœur qui peut lâcher à tout moment, comme sur cette bicyclette d’Ayew à la 82e qui lèche la lulu ! A la 86e Bénézet passe alors la surmultipliée, la défense de l’OM semble avoir crevé dans le bas côté, et l’attaquant se faufile relax côté gauche et tire droit au but de Mandanda. Lucarne opposée… 2-3, le stade se vide. Quand c’est trop…

Caen mérite bien son titre de meilleure équipe de l’année calendaire 2015, bravo à eux. Marseille et Bielsa font la sortie de route de trop. Il va falloir resserrer les boulons et changer la courroie. Il y a le feu à la maison et la fin de saison va être longue avec cette marche arrière au classement. En résumé, on aura vu 1 penalty arrêté, 5 buts, 2 transversales, 4 claquettes, 28 arrêts, et une défaite au Vélodrome… Ça allait vite ce soir, mais c’est l’OM qui reste dans le fossé…

A propos de l'auteur

Romantique du Football qui aime le beau geste et considère ce sport comme de la poésie en mouvement. Fan de Pelé, Papin, Rooney et CriCri... il aurait mis près de 1037 buts depuis qu'il a signé sa première licence

Vous aimerez aussi

Répondre