Paris en quarts !

C’est fait ! Pour la première fois depuis 18 ans le PSG retrouvera les quarts de finale de la Ligue des Champions. Les hommes de Carlo Ancelotti ont assuré l’essentiel en obtenant le nul 1-1 après leur victoire du match aller (2-1) face au FC Valence. Ils se qualifient donc pour le prochain tour de la plus prestigieuse des compétitions européennes malgré un match au contenu décevant.

Paris dominé fait le dos rond et espère un contre

Avec le retour des deux Thiago respectivement titulaires en défense centrale et au milieu ainsi que la titularisation de Clement Chantôme dans le couloir droit, les intentions parisiennes étaient claires dès le début de la rencontre : tenir et chercher une opportunité de contre par Lavezzi ou Lucas, les deux fusées étant alignées devant.

Le début de match tournait à l’avantage des joueurs de Valverde avec une bonne incursion de Jonas bien coupé par Jallet (7è) et un superbe une-deux Soldado-Parejo ponctué par une frappe trop molle de l’attaquant star de Valence (16è). Les Parisiens ne parvenaient pas à sortir le ballon proprement et défendaient bas et à 11 dans leur moitié de terrain sur les offensives adverses, empêchant toute prise de profondeur à un Soldado assez discret. La première période se concluait sur un corner de Chantôme directement en 6m, comme un symbole de ces 45 minutes sans aucune occasion franche à signaler, la plupart des quelques frappes contrées, écrasées ou à côté ne méritant même pas d’être considérées comme occasions (Pastore 5è, Lucas 11è). A noter toutefois la sortie de Jallet sur blessure remplacé par Van der Wiel (26è) qui ne changea aucunement la donne.

Lavezzi répond à Jonas

La seconde période laissait espérer une prise de risque plus importante de la part des joueurs de Valence, condamnés à marquer au moins deux buts pour se qualifier. Après 10 minutes pauvres dans le jeu et les intentions, Jonas ouvrait enfin la marque pour les visiteurs sur une frappe soudaine des 20m qui ne laissait aucune chance à Sirigu (55è). Loin de paniquer, Ancelotti sortait alors un Motta « carbo » pour faire entrer Gameiro (57è), redescendant Chantôme au milieu à côté d’un Matuidi encore très bon, et décalant Lucas à droite pour laisser l’ancien merlu apporter sa vitesse et son sens du but en attaque. Les Espagnols, pressés de marquer laissaient alors un peu plus d’espace entre les lignes et le nouvel entrant parisien en profitait rapidement.

Après une bonne perforation au milieu, Gameiro bénéficiait d’un contre favorable pour offrir un ballon à Lavezzi qui s’y prenait à deux fois pour battre Guaita et obtenir l’égalisation (67è). Il fallait alors que Valence marque pour obtenir les prolongations mais une fin de rencontre sans occasions ne leur offrait pas l’opportunité de rêver. Paris bétonnait en faisant entrer Sakho à la place de Lucas (83è) Maxwell remontant d’un cran pour laisser le jeune parisien au poste de latéral gauche et Pastore passant milieu droit. Frustrés, les joueurs de Valence perdaient patience et Soldado (81è), Pareja (84è) et Banega (92è) étaient avertis. La dernière « occasion » de la rencontre était parisienne avec une volée de Gameiro signalé en position de hors jeu (92è).

Dominés en termes de possession et décevants dans leur ambition de de jeu, les Parisiens ont pourtant su faire le dos rond pour éviter d’encaisser deux buts. Les quarts de finale leur offriront un adversaire d’un niveau potentiellement supérieur au FC Valence contre lequel il faudra certainement s’en sortir par le jeu. Paris en a les moyens.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre