Parole de coach: ASPTT AC Victor Hugo

Le coach-président-joueur et capitaine de l’ASPTT AC Victor Hugo nous a présenté son équipe, son rôle et ses ambitions pour ce club d’un quartier de Gentilly dans le Val de Marne. Fondée il y a à peine quatre ans, l’ASPTT AC Victor Hugo (ACVH) compte déjà un joli palmarès et domine actuellement son championnat du lundi soir en FSGT. Compte rendu de notre entretien avec le patron de l’ACVH.

L'équipe de l'AC Victor Hugo
L’équipe de l’ACVH

Tu peux te présenter et introduire ton club ?

Je m’appelle Gomis Jean-Lys Bakary, j’habite à Victor Hugo, et je fais du foot depuis que je suis tout petit. J’évolue actuellement à Montrouge en DSR. Le club de l’ACVH a été créé en 2011. Le fondateur et premier président, Lassissi Diao, qui venait aussi de Victor Hugo, à décidé du jour au lendemain de monter un club pour que les gens de Victor Hugo puissent se réunir. Tout le monde avait sa vie à côté et en fait on ne se voyait pas du tout. Il a mis le projet en place et tout le monde a adhéré. Le club s’est appelé ASPTT AC Victor Hugo parce que le président était fan du Milan AC.

Logo ASPTT ACVH
Fan du Milan, vraiment ?

Comment le club est-il organisé ? 

Les 3 premières années on faisait des entraînements le mercredi et on jouait nos matchs le lundi, en FSGT (ndlr: Fédération Sportive et Gymnique du Travail). Cette année, la quatrième, on a décidé de changer notre façon de faire. On ne prend plus que des joueurs qui évoluent déjà en club pour enlever les entraînements qui nous prenaient trop de temps personnel. Donc tous les joueurs jouent en club à côté et on se réunit le lundi soir en championnat pour se taper des barres, on évolue maintenant en poule A, le meilleur niveau en FSGT.

Justement, quel est le niveau du championnat FSGT ?

Pour parler franchement, il n’y a que le FC Clichy qui peut rivaliser avec nous. Avec eux, c’est comme un derby.

Qu’est ce qui motive des joueurs de FFF à venir jouer dans une fédération purement amateur ?

Nos joueurs évoluent dans des clubs de niveau district à CFA. La grosse motivation reste la Coupe de France FSGT qui s’appelle la coupe Delaune, et ces matchs contre le FC Clichy. Ça fait plusieurs années qu’ils sont là et toutes les équipes les craignent. Quand on a créé notre club c’était aussi pour aller chercher cette équipe. La première année où on les a rencontrés, on perd 4-3 chez eux en coupe nationale mais on est sortis de là-bas avec le respect.

Victor Hugo a déjà un petit palmarès ? 

La première année on a fini premiers de notre groupe, on a fait que des victoires sauf sur le dernier match qu’on a laissé à une équipe qui avait besoin de la victoire pour ne pas descendre. On gagne aussi la coupe FSGT du Val de Marne.

DSCN00331-517x388
L’ASPTT AC Victor Hugo remporte la Coupe FSGT du Val de Marne

La deuxième année on est montés en groupe B mais on n’a fait qu’une moitié de saison en B puisque la fédération nous a fait monter en cours d’année en poule A, où on a encore fini premiers, en battant Clichy pour la revanche.‎

L’année dernière, on a gagné le championnat et en fin de saison on est partis à Lloret del Mar pour un tournoi international à 32 équipes. On avait dans notre poule Caen, Agen et des Anglais. On a fini premiers de notre poule, en 1/8e on a sorti des Italiens et en 1/4 on sort l’équipe locale tenante du titre depuis trois ans. Là les gens ont commencé à s’intéresser à nous. En demi on tombe sur Marseille, pas de bol. Il faut dire qu’avant le tirage c’était déjà tendu parce que Paris et Marseille quoi. On perd 1-0 à la pause, mais on égalise sur corner à 10 minutes de la fin et on met le deuxième dans la foulée qui leur met un coup au moral et leur fait lâcher le match. Ensuite en finale on joue contre des Turcs, ils ne savaient pas jouer au football, ils savaient juste casser. On gagne 1-0, on a le match en main, ils étaient à la rue, jusqu’à ce que notre gardien tente un contrôle poitrine et se loupe, du coup la balle rentre et ils égalisent à 1-1. On gagne aux penalty et heureusement pour lui parce que je l’aurais assassiné (il se marre). C’était un cadeau qu’il leur a fait.

Lloret Del Mar
La victoire au tournoi de Lloret del Mar

Ça ne plaisante pas chez vous !

Ah non, moi je traite tout le monde de la même façon, je suis strict avec tous les joueurs, que ce soit un petit de 17 ans ou un grand de 34 ans. Les joueurs doivent savoir qu’il y a une concurrence saine, mais on ne doit pas oublier qu’on est là pour gagner. Celui qui veut sa place doit venir la chercher. Le mot d’ordre c’est avant tout de ne pas se prendre la tête et de jouer au football.

Comment tu en es arrivé à reprendre le club ? 

Depuis que le président historique a dû lâcher ses fonctions pour des raisons professionnelles, je suis passé coach et président, je suis aussi joueur et capitaine, donc je fais quasiment tout. Ce qui m’a motivé, c’est qu’on n’a pas encore pris la coupe de France, on est tombés trois fois en huitièmes de finale aux tirs aux buts. Là, cette année, pendant les qualifs, on s’est fait éliminer gratuitement parce qu’on est arrivés à un match juste à l’heure du coup d’envoi. Les arbitres n’ont pas voulu se prendre la tête et ils nous ont mis un forfait.

Quel est ton rôle exact en tant qu’entraîneur ?

Je dois principalement sélectionner les joueurs, on a à la base deux personnes bénévoles qui se déplacent dans les clubs des joueurs pour savoir s’ils s’entraînent bien. Suivant les informations qu’ils me donnent je compose mon équipe pour le lundi. J’ai une base de 25 licenciés, j’ai doublé tous les postes et la concurrence c’est tous les lundi. A chaque match je prends les trois flops et ils sortent automatiquement de l’équipe pour le match d’après. Après, hors aspect sportif, je dois représenter le club auprès de la mairie qui nous suit et nous soutient depuis le début. J’en profite pour remercier madame Tordjman, la maire de Gentilly.

Après je dois également trouver des partenaires, on a d’ailleurs reçu cette année le soutien de BDH Music, notre nouveau sponsor. BDH c’est pour le bras d’honneur aux circuits de production et de diffusion classiques de musique mais niveau foot on transforme ça en Bravoure Dignité et Honneur.

BDH Music, le nouveau sponsor de l'ACVH
BDH Music, le nouveau sponsor de l’ACVH

Quelle est la formation de l’ACVH ?

On évolue en 4-3-3 avec deux milieux relayeurs et une sentinelle devant la défense. On a donc deux faux numéro 10 pour faire le jeu parce que la plupart des équipes restent à l’ancienne avec leur 4-4-2 ou leur 4-2-3-1. Ils oublient que le monde change. Personnellement pour moi le 4-4-2 est démodé, ce n’est pas fait pour jouer vers l’avant, c’est plutôt fait pour conserver le ballon. Et dans le 4-2-3-1 comme pour le 4-4-2 d’ailleurs, les équipes jouent avec deux six. Nous on joue avec deux huit, et comme souvent les six adverses ont tendance à monter, ils oublient parfois leur rôle défensif. Moi je joue sur ça en demandant à mes joueurs de jouer entre les lignes, dans le dos des 6.

Quel est le profil de l’équipe ? 

Déjà on déteste quand ça dégage. Mon équipe aime trop jouer au ballon pour dégager. Même si les gars sont en danger, ils vont essayer de ressortir à la Barcelone. Je leur dis tout le temps « pas de risques » mais ils les prennent quand même. Après c’est très très vif sur les côtés, ça va très très vite vers l’avant. Les deux relayeurs sont techniques et puissants, et devant, l’attaquant est grand, super rapide et adroit devant le but.

Ce dont tout le monde rêve ! 

Oui, cette année j’avais monté une grosse équipe, mais après l’élimination en coupe de France j’ai tout perdu. J’ai perdu 8 joueurs qui n’étaient venus que pour ça, et qui ont été dégoûtés par l’élimination donc maintenant je fais un peu avec les moyens du bord, avec un groupe réduit de 15-16 joueurs. Actuellement on est vraiment dans le dur, mais pour l’année prochaine je vais prendre des joueurs plus sérieux pour aller chercher cette Coupe de France, ça sera l’objectif principal, devant le championnat.

Grosse ambiance à l'ACVH
Grosse ambiance à l’ACVH

Comment tu vois la saison prochaine d’un point de vue personnel et côté club ?

A partir de septembre je vais commencer à passer mes diplômes d’entraîneur, je compte aller jusqu’au plus haut possible. L’année prochaine on va aussi créer une équipe FFF de Victor Hugo, on va commencer en quatrième division, ce qui est relou mais bon. Les objectifs seront la montée en 3e division et les quarts de finale de coupe du Val de Marne. On continuera également en FSGT mais uniquement pour ceux qui ne joueront pas le dimanche, histoire que tout le monde continue à se sentir concerné. Ceux qui joueront le dimanche ne joueront pas le lundi, sauf pour la Coupe de France FSGT, où on alignera bien sûr la grosse équipe du dimanche.

Pour conclure, y a-t-il des joueurs dans l’histoire du club qui t’ont impressionné ?

Oui, on a vu passer certains joueurs qui sont aujourd’hui au plus haut niveau et qui se reconnaîtront et d’autres qui ont eu un parcours un peu moins lisse. Je peux citer dans la deuxième catégorie Jean-Philippe Djé qui joue actuellement à Sarre-Union en CFA. C’est les blessures qui lui ont un peu gâché son parcours, il devait signer en Turquie et même à Créteil l’été dernier mais à cause de ses blessures ça n’a pas pu se faire. On a aussi vu passer Ndia Diabaté, qui avait disputé la coupe du monde des moins de 21 ans avec le Mali, et des joueurs comme Allan Chatte ou Jérémy Castel, qui avaient un énorme talent. Là on a deux petits jeunes qui ont été signés en CFA, Jesse Essombe, qui a 17 ans, et Moussa Camara qui en a 20. Je pense que s’ils continuent à être sérieux, ils iront au bout, il n’y a pas de raison, ils sont vraiment au-dessus du lot.

Un dernier mot à ajouter ? 

Oui, je voulais vraiment profiter de l’occasion pour faire un clin d’oeil aux fidèles qui sont là depuis le début et aux supporters qui nous suivent et nous soutiennent. Je remercie aussi Yoann, Touss1 et Yannick qui m’ont soutenu quand j’envisageais de lâcher le club.

Propos recueillis le 31 mars 2015

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre