PSG 0 – 1 Real: les notes des parisiens

Paris n’a pas fait tâche face au Real de Carlo Ancelotti. Battus 1-0, les hommes de Blanc ont pêché dans la finition, et ce n’est pas peu dire tant ils se sont procurés d’occasions franches.

Sirigu (4,5): il n’a pas fait d’arrêts déterminants. Un obscur gardien de DH aurait rendu la même copie.

Van der Wiel (5): peu en vue en première période par rapport à son homologue du côté gauche, il aura eu une vilaine tendance à vouloir imiter Fernandel en dansant la macarena, statique devant son adversaire. Un peu plus volontaire après la pause, il a quand même chié quelques centres. Remplacé à la 73è par Camara (non noté).

Alex (5): un peu lourdeau quand il s’est agi de défendre sur des contres madrilènes, il l’a jouée à l’ancienne et à l’expérience. Il ne s’est pas blessé, et c’est bien l’essentiel. Remplacé à la pause par Marquinhos (6) qui s’est montré solide dans l’axe avant de finir sur le couloir.

Thiago Silva (6): des interventions propres et rassurantes avec un sens de l’anticipation précieux contre une équipe de ce niveau.

Digne (5,5): très présent offensivement et du coup un peu moins là derrière comme sur le but avec une couverture limite. Il a déclenché quelques alertes sur les bois du Real. Remplacé par Maxwell (5,5) à la mi-temps qui a fait du propre, sourire ultra bright et pied gauche affuté.

Motta (5): pas mal dans l’organisation du jeu mais un peu light défensivement, notamment sur les phases de contre-attaque sur lesquelles on l’a senti perdu. Remplacé à l’heure de jeu par Rabiot (non noté) qui avait enfin fini son devoir de philo et en a profité pour venir faire admirer sa maîtrise.

Matuidi (6,5): le chewing-gum a fait un gros match, en mode Hollywood à la menthe, la valeur sûre, pas celui qui n’a plus de goût au bout de 2 minutes. Des récupérations utiles au milieu voire dangereuses dans les 30m du Real, et quelques bonnes projections vers l’avant. La perfection n’existe pas, alors Blaise a opté pour le foirage dans la finition. Pour changer… Remplacé à la 73è par Coman (non noté) qui a fait admirer sa pointe de vitesse.

Verratti (6): une vista et une qualité de conservation de balle ahurissantes. Le génie du football dans un corps d’un enfant qui aurait abusé de stéroïdes. A l’origine de quelques caviars honteusement bouffés par ses potes de récré. Remplacé à la 61è par Pastore (non noté) qui n’a pas convaincu malgré quelques douceurs balle au pied.

Lavezzi (4): des efforts mais une finition de chèvre comme s’il avait le pied gauche de Jean Eudes Maurice en double exemplaire. Il n’y a pourtant pas de tize au Qatar, c’est donc bien un problème de football. Remplacé par Lucas (5) à la mi-temps qui a apporté sa vivacité sans plus de réussite.

Cavani (4,5): souvent dans les bons coups, il a malheureusement tout vendangé, notamment ce duel avec Lopez en début de match. Cueillette, écrasement du raisin, fermentation et dégustation, la totale. Remplacé à l’heure de jeu par Ménez (non noté), auteur d’une bonne entrée sur le couloir.

Ibrahimovic (6): avec son style de mousquetaire et cette sorte de moustache/bouc ignoble, on s’attendait à voir un Zlatagnan affûté au duel et piquant comme la pointe de son épée mais il a également manqué de réussite sur ses frappes. Remplacé à la 73è par un Ongenda (non noté) qui s’est directement mis en évidence.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre