PSG 3-0 OL : les notes des parisiens

Paris n’a fait qu’une bouchée de l’OL en huitièmes de finale de Coupe de France. Les lyonnais ont craqué en seconde période en encaissant trois buts, deux de l’incontournable Zlatan et un de Rabiot, pourtant hors-jeu. Retour en notes sur les prestations des parisiens.

Sirigu (6): 2/3 ballons mal gérés par l’attaque des gones, voilà ce qu’il aura eu sous la dent avant de devoir s’employer avec une belle horizontale à la 40e‎ sur une frappe de Cornet. Une s‎econde mi-temps détente pour l’Italien qui n’aura pas vraiment touché le ballon faute à la défense de fer des deux monstres et au manque de précision des artilleurs gones.

Maxwell, détente (6): Celui qui devrait rejoindre le staff du PSG au terme de la saison et d’une carrière pleine et somptueuse aura été propre, comme à son habitude, sur les mouvements défensifs, sur les débordements, les petits dribles dont celui derrière le pied d’appui face à Jallet, il était là ! Tout en finesse et classe ; Mr Maxwell, merci !

Thiago « o monstro » Silva  (7) : Impeccable défensivement parlant il s’est même essayé aux longues ouvertures sans grande réussite, mais en provoquant toutefois une incompréhension dangereuse entre Lopez et Kone (19e‎).‎

Marquinhos (6): un match à se demander ce qu’il fout sur le banc la moitié de la saison. Intéressant de savoir ce qu’en penserait Lacazette, qui n’a pas existé pendant le match. Le jeu du défenseur parisien est très propre, intelligent et même beau. Un jeu de marquis.

Aurier « tu peux pas test » (7) : On le savait puissant, très puissant même. Il nous l’a démontré sur la première mi-temps. Dominateur dans les duels, en accélération, dans les airs, offensivement, sur ses retours… Sur le plan comptable il aura ajouté une passe décisive à son tableau sur un énième centre suite à un débordement en contre avant d’être remplacé en fin de match par Matuidi sous les ovations du Parc.‎ #PourCeuxQuiSavent il n’aura été challengé par ses vis-à-vis dans aucun des secteurs du jeu. Rendez-vous contre Chelsea, lui au moins on sait qu’il sera prêt.

Rabiot challenger capillaire de D.Luis (5,5) : Son combat avec Gonalons au milieu du terrain s’est soldé par un match nul, le jeune parisien perdant la joute physique mais dominant son vis-à-vis au niveau de la vista, du positionnement et de la lucidité. Il gagnera du coup aux points au vu de son but hors-jeu de la 75e minute ‎qui alimentera pour sûr la chronique Twitter de JMA #ComplotAntiLyonnais #ArbitrageMaison

Cristal Motta (6) : Il DEVAIT se faire pardonner le Classico, c’est chose faite. Mais ne s’étant approvisionné que pour un montant de 10€ à la station-service, il n’a pas réellement couru, préférant nous faire du Motta de la Masia, comme on l’aime, calme et précis. Remplacé par David Luis à la 76e quand il avait atteint le fond de la réserve.‎

Stambouli (5) : on peut ne pas aimer et on est souvent durs avec lui mais reconnaissons-le, sur ce match, Stambouli a gratté et défendu sans relâche, réalisant une interception de classe aboutissant sur une action qui aurait pu aller au bout (23e‎). Qui aurait pu, oui, mais qui n’a pas.‎ Quelques tentatives de projection intéressantes à noter. Allez mon gars, zappe la chicha au XS à Ivry la semaine et remets toi au boulot.‎

Dr Cavani & Mr Cavanul (4) : 1 abus de grigri, 2 hors-jeu, un but gratuit raté (31e‎) et des frappes contrées. Voilà le bilan de sa première mi-temps. Et ça en fait du déchet croyez-moi… Alors certes il aura défendu comme un Lavezzi sous vodka-Redbull, mais encore une fois sans réussir à réellement peser offensivement… Pour un joueur à 60M€ ça fait beaucoup, enfin, pas assez.‎

Lucas des reins (7,5) : Morel tu connais ? Oui c’est bien le Lyonnais qui était 3m derrière Lucas (sauf quand il pouvait le découper à temps). Au bout de 30 min le Brésilien aura provoqué 3 gros coup francs, 1 carton jaune et deux situations vendangées par Cavani grâce à ses dribbles chaloupés. Intéressant également dans ses replis défensifs, il a remis les couverts en seconde période avec pour apothéose son déboulé côté gauche laissant sur place Jallet et Koné avant d’enchaîner pour un centre tendu parfait pour l’homme au poitrail de fer aka Zlatan ! Il aurait mérité de marquer mais sa frappe de la 80e ‎terminera sur le poteau. Titulaire mon frère !‎

Zlatan aka B.I.G. (7) : il a décroché, participé au jeu et su se rendre disponible pour ses partenaires en mettant une très grosse pression sur ses adversaires. Son travail finira par payer grâce à un but atypique de la poitrine en hommage à Rohff « pour les gros et les petits torses », là où le commun des footballeurs aurait tapé la tête plongeante. Il doublera la mise sur un bon placement en contre sur une classique PSG, avec un centre d’Aurier coupé aux 5,50. Grand seigneur, il a cédé sa place à Di Maria à la 70e.‎

Les Bonus

Question France 3 : De combien de mètres Cavani recule t il à chaque fois qu’il touche de ballon et qu’il se trouve face à un adversaire ?

Réponse A : 7 m

Réponse B : 10 m

Réponse C : 40 m

La phrase du jour : « je pense que la clef viendra des latéraux » E Petit

Ben c’est étonnant ça, avec des latéraux ultra offensifs des deux côtés c’est de l’analyse à haut risque…‎

A propos de l'auteur

Récupérateur et constructeur de jeu hors paire, il avait la grinta pour devenir le nouveau Edgar Davids, mais sans les lunettes. Son coup spécial, travaillé sur tous les terrains d'île de France : la "frappe de l'enclume"

Vous aimerez aussi

Répondre