PSG 5-0 ASSE: la manita au Parc

Une fessée. C’est la meilleure façon de définir ce qu’a pris l’ASSE dimanche soir contre le PSG dans un Parc des Princes à guichets fermés.

Avec un Zlatan de gala de retour après sa blessure, les parisiens n’ont pas loupé le coche, ni le coach stéphanois d’ailleurs. Punis, les Verts repartent avec une manita et les fesses bien rouges, sans avoir pu défendre leurs chances dignement.

PSG-ASSE

Galtier tente un coup

Au niveau des compos d’équipes, Galtier avait tenté un coup avec une défense à 3 et une animation des couloirs laissée à Monnet Paquet à droite et à Tabanou côté gauche. Un choix résolument offensif quand on connaît la tendance de ces faux ailiers à se projeter vers l’avant. Côté parisien, le 4-3-3 classique proposé par Blanc voyait Zlatan retrouver sa place devant avec Cavani à gauche et Lucas à droite, tandis que Pastore réintegrait le milieu où il brille depuis le début de saison, avec Motta et Verratti.

Merci Ruffier

Après une entame de match bien maîtrisée des hommes de Blanc, la difficulté de la soirée côté PSG semblait de planter la première banderille. C’est Ruffier en personne qui s’en est chargé avec un contrôle troisième div de district dans son propre but sur une passe en retrait de Clément (24è). Well done. Concentré sur la destination finale de son dégagement, le portier stéphanois a simplement zappé l’essentiel: regarder l’arrivée du cuir sur son pied. Balot.

Sonnés par ce fait de jeu malheureux, les Verts tentaient alors de réagir timidement par un Erding dont la volée était bien détournée par Sirigu (34è). Verratti, au sommet de son art, laissait ensuite admirer sa technique de conservation en petit espace, et servait Pastore qui enchaînait par un petit pont dans la surface stéphanoise mais qui ne donnait rien (39è). Dernier avertissement avant la sanction puisque deux petites minutes plus tard, ce bon vieux Zlatan reprenait de la tête une merveille de centre de Maxwell pour venir crucifier Ruffier dans son petit filet (41è). Imparable. 2-0 à la pause, les stéphanois regagnaient le vestiaire sonnés.

Big Ibra le donneur de fessée

Après 10 minutes relativement solides au retour du vestiaire, les hommes de Galtier tentaient de réagir en amenant du sang frais devant en faisant entrer un Gradel assez remuant. L’Ivoirien récupérait le cuir après un freestyle osé de Verratti dans sa surface mais ne parvenait pas à bonifier son action (55è). Il se frayait ensuite un chemin dans la défense parisienne et frappait au but trois minutes plus tard, forçant Sirigu à la parade (58è). Sur l’action suivante, le PSG montrait l’étendue de sa domination avec des gestes d’Esthètes et notamment un double-double contact de Pastore le long de la touche (58è) ou un ciseau hors cadre d’Ibra (59è).

Le Suédois signait le doublé sur une nouvelle boulette stéphanoise pour le 3-0, Monnet Paquet n’appuyant pas suffisamment sa passe à Ruffier, encore une fois impuissant et, on l’imagine, quelque peu agacé (62è). A peine le temps d’engager que Cavani dégoûtait pour la quatrième fois le portier des Verts avec une frappe limpide des 25m poteau rentrant (63è), ce but n’effaçant qu’en partie une prestation plutôt terne de l’Uruguayen. 4-0 à l’heure de jeu, puis 5-0 sur un troisième but d’un Zlatan chirurgical, bien servi par un Verratti profitant du mauvais alignement de la défense des Verts, décidément déjà dans le bus du retour dans le Forez (70è). Big Ibra aurait même pu/dû obtenir un penalty pour une faute de Ruffier, sorti en retard dans ses pieds. L’arbitre de la rencontre a décidé d’être clément comme Jérémy en évitant au gardien stéphanois une sortie sur rouge bien méritée pour l’ensemble de son oeuvre.

La rencontre se terminait de façon plus équilibrée, les parisiens ayant fait rentrer Bahebeck et jouant à 40% de leurs moyens. Gradel tentait bien de sauver une dernière fois l’honneur aux 8m mais voyait une nouvelle fois Sirigu s’opposer à ce projet. 5-0, triplé d’Ibra, et attitude de gentleman du Suédois qui, après avoir pourri Ruffier tout le match est allé, avec le sourire, lui serrer la manita…

[twitter_follow username= »https://twitter.com/SamY_Traore_ » language= »fr »]

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre