PSG 6 – 1 Sochaux: les notes des parisiens

Sirigu (3,5): deuxième rencontre d’affilée avec boulette décisive. Apoula, sors de ce corps! Aux fraises sur la sortie permettant l’égalisation de Maiga, San Salva a globalement eu un match assez tranquille, avec toutefois une détente pour les photographes sur une frappe de Boudebouz (42è).

Jallet (7): un bon bilan d’artilleur, avec 2 passes dèc, les deux pour Nenê le croqueur. Un gros (énorme) volume de jeu pour le viticulteur qui n’a eu de cesse de courir pour créer du danger. Un très bon mèèètch #AncelottiVoice.

Bisevac (6,5): quel joueur! Les matchs se suivent et se ressemblent pour celui qui est désormais « l’incontestable » de la défense centrale parisienne. Très peu d’erreurs, un placement sur et des interventions sereines. Un bol d’oxygène pour ses partenaires, Sakho a du souci à se faire, et ne parlons même pas de Zoum.

Alex (5): un match assez moyen du brésilien, qui laisse filer Maïga dans son dos sur l’égalisation sochalienne. Quelques imprécisions à la relance et des interventions un peu foireuses comme sur cette passe de Martin qui a traversé 4 parisiens pour arriver dans les pieds de Maïga, heureusement maladroit sur son contrôle (de la main) au second poteau (29è).

Tiéné (6): un bon match défensivement et une grosse activité sur l’aile gauche. Il a été formé à quel poste déjà? Ah, milieu gauche, on comprend mieux. Auteur d’un bijou de centre sur la tête de Ménez pour le but du 3-1, on a vu l’ivoirien dangereux comme à ses plus belles heures. Il a marqué des points. Remplacé par Armand (non noté) à la 82è, « l’ancien » s’est régalé en inscrivant un but d’une frappe croisée pied gauche après une belle passe de Pastore (92è).

Motta (6,5): il a inscrit son tout premier but sous les couleurs pariennes d’une belle tête décroisée sur un coup-franc de Nenê. Ce but du 2-1 a permis de relancer la machine parisienne. Hormis ce fait de jeu et un double une-deux avec Pastore pour le premier but parisien, un énorme travail à la récupération et dans l’orientation dans ce milieu a trois. 99 passes dont 96 réussies, soit un ratio de précision de passes de 97%. Respect !

Matuidi (6,5): Dans la catégorie travailleur de l’ombre gratteur des ballons, je voudrais Blaise Matuidi. Destructeur de toute amorce d’offensive sochalienne, force est de constater qu’il s’en est plutôt pas mal sorti, avec deux tiers de ses duels gagnés (14/21). 72 passes réussies sur 76 soit quasiment 95% de réussite.  Pas mal non plus pour un gars qui donne l’impression très étrange de ne pas tenir debout…

Bodmer (6): technique, vista, voire même élégance et raffinement. Bon, ok, on s’arrête là pour les qualités de la rampe de lancement parisienne. Dans son rôle, il a distribué de bons ballons qui ont indirectement participé à créer du danger. Souvent dans les bons coups, comme son décalage pour le centre de Jallet ayant entraîné le premier but de Nenê, il a réussi l’exploit de tenir un match entier. Du jamais vu au PSG, du jamais vu tout court en fait.

Pastore (7,5): les parents du petit Javier sont priés de se présenter au Parc des Princes. On a retrouvé leur fils, perdu depuis des mois ! Premier buteur du match (6è) après un double une-deux avec Motta et une feinte de frappe en pleine surface, l’argentin a rayonné. C’était devenu tellement rare qu’on a essayé d’en profiter comme si ce match devait être son jubilé.  Laissant Casper au vestiaire, El Flaco est impliqué dans la majorité des actions chaudes du match. But, ouverture extèr pied droit pour le centre de Tiéné ayant entraîné le but de Ménez, passe dèc’ pour Armand dans les arrêts de jeu, et un total de 89 ballons touchés qui doit représenter la somme des ballons touchés au cours de ses 5 ou 6 derniers matchs…on l’a même vu courir et défendre, on en redemande mais on ne s’enflamme pas, car Casper pourrait très facilement réenfiler sa cape d’invisibilité.

Nenê (8): Il restait sur un match controversé avec une vendange ayant coûté deux points à Paris. Pour se rattraper, il a sorti un très gros match. Deux buts, une passe décisive pour Motta sur coup-franc,  et tout cela avec des stats pas si incroyables que ça. Seulement 65 petits ballons touchés, deux tirs, deux buts. On l’a même vu foirer un but par excès de collectif, du jamais vu! La réponse parfaite à tous ceux qui se sont trop rapidement enflammés après le match contre Auxerre. Remplacé par Gameiro (non noté) à la 85è, qui aurait aimer marquer le but d’Armand (il se jette comme un mort de faim pour tenter de voler le but) !

Ménez (7): positionné en électron libre devant, Ménez n’a pas arrêté de cavaler. Il faut dire que face à une défense centrale Banana/Romao lourde comme une vanne de Jean Marie Bigard, il avait de quoi se régaler. Provocateur, il a mitraillé le but sochalien, 9 frappes et 7 cadrées, un but, de la tête, sur un service impeccable de Tiéné. Dans ce rôle, son jeu connaît moins de déchets, Jérémy en devient donc presque agréable à voir jouer. C’en est trop, trop d’éloges, je m’arrête donc là ! Ah non, j’oubliais son remplacement par Hoarau (non noté) à la 78è. Le grand parisien a tenté de jouer en remise, sans succès.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre