PSG: Ibra coule Lorient

Un triplé de Zlatan Ibrahimovic a permis au PSG de venir à bout du FC Lorient (3-1) et de reprendre provisoirement les rênes de la Ligue 1. Les parisiens se sont fait peur et ont une nouvelle fois pêché dans l’efficacité offensive, un mal bien récurrent ces derniers temps. Les Merlus stagnent à la 16e place du classement.

Lorient coule en profondeur

Les premiers instants de la rencontre voient les parisiens mettre la pression sur leurs adversaires du soir. Alerté dans le dos de Koné, Cavani tente une frappe pied gauche un peu excentrée sur laquelle Lecomte se couche bien (2e). Cette alerte précoce n’a pas le mérite de réveiller la défense des Merlus, totalement à la pêche dans sa couverture, et sur une merveille d’appel en décrochage contre-appel en profondeur, Zlatan, idéalement servi par Thiago Silva, se présente face à Lecomte. Le portier lorientais sort mal et découpe littéralement le Suédois qui aurait pu y laisser sa cheville. Penalty indiscutable et carton jaune pour Lecomte (3e). Ibra ne se fait pas prier pour inscrire son 15e but en Ligue 1 cette saison.

Pris de pitié pour les Merlus, Lavezzi décide alors de ne pas tuer la rencontre trop tôt en ratant toutes ses occasions. Bien servi dans le dos de Lautoa, il n’a plus qu’à ajuster Lecomte mais il bute sur le gardien des Merlus, auteur d’une bonne sortie (11e). Lorient souffre et Paris pousse. Van der Wiel tente d’abord d’alerter Ibra et Cavani mais Koné intervient d’un tacle salvateur (20e), puis Pastore trouve Ibra qui frappe fort, mais Lecomte détourne en corner (24e). A la demi-heure de jeu, le clown Lavezzi, qui avait certainement oublié ses semelles orthopédiques, trouve le moyen de tirer à côté, à 5m du but et dans une position idéale après une passe de génie derrière le pied d’appui de Zlatan (30e). Alors que Twitter se déchaîne toujours sur l’Argentin aux deux pieds gauches, les Merlus sortent la tête de l’eau et reprennent la maîtrise du cuir pour mieux finir le premier acte. Touchés mais pas encore coulés, merci Pocho.

Ayew se rappelle aux bons souvenirs parisiens

Au  retour des vestiaires Paris pousse rapidement pour mettre le deuxième. Cavani tente un lob difficile sur Lecomte mais ne cadre pas (48e). Lorient réagit par Ayew, qui parvient à prendre de la vitesse et à aller défier Motta, défenseur central d’un soir, à la course. Le Merlu parvient à frapper à angle fermé et Sirigu s’interpose (54e); les visiteurs sont loin d’avoir rendu leur dernier souffle. El Matador fait trembler Lorient sur coup-franc (64e) et Lavezzi cède sa place à Rabiot au plus grand désarroi des lorientais qui auraient certainement souhaité voir l’Argentin faire tout le match (65e). Dans la foulée, Ibra et Cavani nous gratifient d’une action d’Esthète avec un double une-deux aérien en une touche, avec notamment une passe en coup du foulard d’Ibra qui bouffe la feuille au moment de décaler Pastore pour conclure (65e). Quel manque d’application dans la dernière passe !!!

A force de la jouer Harlem Globetrotters à 1-0, les parisiens se voient trop beaux et en oublient les fondamentaux. Ils laissent Mesloub trouver Jeannot qui remise en pivot à l’entrée de la surface pour Ayew, dont la frappe sèche vient se loger au ras du poteau d’un Sirigu médusé (66e). Stupeur au Parc, le football champagne vient de se faire rejoindre par le football cidre, et qui plus est sur un but de l’ancien marseillais Ayew. Sous pression, les joueurs de Laurent Blanc sont fébriles et concèdent un nouveau corner détourné par une tête parisienne sur Jordan Ayew, qui ajuste une volée puissante qui part se loger dans la lunette de Sirigu. Heureusement pour le PSG, Verratti qui traînait au second poteau, peut détourner la frappe sèche de la tête pour suppléer son gardien, battu.

Zlatan dans tous les bons coups

Ça sent le KO et Pastore répond à Ayew d’une volée bien détournée par Lecomte (73e). Sur le contre, Verratti coupe salement Koné qui partait seul à grandes enjambées et écope d’un jaune bien mérité (74e). On se rend coup pour coup et Zlatan, d’une talonnade astucieuse, bute de nouveau sur Lecomte. Koné impose le physique pour empêcher le Suédois de récupérer le ballon. A force de trop imposer le physique, le roc lorientais part à la faute suite à un tacle sur Pastore et se voit sanctionné d’un penalty qu’Ibra se charge de transformer. 2-1 pour les locaux qui voient alors les Merlus se livrer pour tenter d’égaliser, ce qui permet au PSG de placer quelques actions dangereuses par Van der Wiel qui frappe du gauche hors cadre (83e) ou Rabiot qui bute sur Lecomte à bout portant après un bon centre de Verratti (84e). Le match va d’un camp à l’autre et sur un ballon parfait de Verratti, Ibra se retrouve seul au duel face à Lecomte. Alors que l’on sent venir le petit piqué foireux, Zlatan se rappelle à notre bon souvenir en envoyant une mine petit filet pour le 3-1 (92e). Paris a eu chaud et s’en sort grâce un bon Ibra qui se rapproche un peu plus des plus grands buteurs de l’histoire du club de la capitale.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre