PSG, Juventus: destins croisés ? Episode 2

Alors que nous évoquions, à la fin de la première partie de saison, une possibilité de destin croisé entre le PSG et la Juventus, les championnats étant quasiment terminés, l’heure est venue de revenir sur cette comparaison.

La Juventus

Sacrée championne d’Italie à une journée de la fin, le club a réussi l’exploit de finir la saison invaincu (23V 15N), chose qui n’était pas arrivée depuis le grand Milan de 1992. La mentalité de charognards qui n’abandonnent jamais a permis à Conte et à ses hommes de très bien réussir cette saison en s’imposant contre Naples, la Lazio, l’Inter et le Milan. Il est intéressant de noter l’enthousiasme démontré par les joueurs turinois tout au long de la saison. Après deux saisons ratées, Conte a réussi à redonner confiance à des joueurs à la dérive individuellement et collectivement. Son organisation tactique lui a permis d’obtenir le meilleur de chacun de ses joueurs (c’est particulièrement flagrant avec Bonucci) et de se dégager un onze type (à l’exception peut être de l’attaque, nous y reviendrons). En plus de l’aspect tactique, le club est parvenu à identifier la recrue qui pouvait tirer l’intégralité de l’équipe vers le haut en la personne de Pirlo. Véritable maître à jouer de la Juve, c’est le joueur sur lequel se reposent ses coéquipiers dans les moments faibles d’un match. Jamais avare en bonnes passes (12 p.d cette saison) et patron d’un des meilleurs milieux de terrain d’Europe avec Marchisio et Vidal, il symbolise l’identité de cette Juventus 2012. Preuve d’une implication de tous, l’équipe a réussi la performance d’être sacrée sans buteur, Matri, meilleur scoreur du club, culminant à 12 petits buts soit autant que Nocerino, le milieu de terrain du Milan AC. Véritable point faible de la Vieille Dame, le club doit absolument trouver une solution à ce problème s’il espère effectuer un bon parcours en championnat et en Champions’ League la saison prochaine.

Le Paris SG

Malgré sa victoire contre Rennes, Paris a perdu sa course au titre contre Montpellier. Les héraultais affronteront une équipe d’Auxerre à la défense en carton, les bourguignons, derniers du classement et relégués en Ligue 2 n’ont plus rien à espérer de cette saison. La raison de la première place montpelliéraine ne réside pas dans une évidente suprématie footbalistique mais dans le fait que les parisiens, par leur inconstance, leur ont plus ou moins « donné » le titre. Avec autant de talents à disposition, il est difficilement acceptable de voir le club de la capitale échouer si près de la première place. La défaite fin mars contre Nancy (2-1 le but de Mollo à la 88è ) et le match nul contre Auxerre (1-1 but de Le Tallec à la 86e) mi avril symbolisent le gâchis de cette saison côté parisien. Comme bien souvent avec les joueurs pétris de talents, il arrive qu’ils fassent preuve d’insolence et/ou désinvolture dans leur gestion des matchs. Au delà du contenu des rencontres, les parisiens devront à l’avenir montrer un état d’esprit beaucoup plus charognards s’ils souhaitent décrocher le titre et effectuer un bon parcours (un quart de finale) en Champions’ League. De plus, il va falloir trouver une solution (autre que le transfert) pour remettre sur pied physiquement et mentalement les quelques éléments du groupe en difficulté.

A noter qu’Alessandro Del Piero (38 ans) a disputé son dernier match avec la Juventus Turin. Après 19 saisons passées au club, le contrat de l’icône n’a pas été renouvelé. Ne souhaitant pas prendre sa retraite dans l’immédiat, il devrait trouver un nouveau challenge exotique (Major League, Moyen Orient…). Sorti à la 57è minute après son but en première mi-temps, Del Piero a eu droit à une ovation de 10 minutes (pendant le match). Après son ex-comparse Filippo Inzaghi, une autre étoile quitte le Calcio.

A propos de l'auteur

Vous aimerez aussi

Répondre