PSG, le point à la mi-saison

La première partie de la saison 2011-2012 de ligue 1 s’est achevée avec un PSG champion d’automne trois points devant son dauphin montpelliérain. Les enseignements à tirer sur ces dix-neuf premières journées de championnat sont nombreux au niveau des corrections à apporter ou des points à carrément revoir dans le jeu parisien, et un peu moins nombreux en ce qui concerne  les (malgré tout ce qu’on a pu écrire sur le blog) quelques satisfactions. Retour sur une première partie de saison pas franchement folle, malgré, il faut le dire, une certaine réussite comptable.

Le niveau physique de l’équipe est trop hétérogène

On a pu constater au cours de ces dix-neuf premières journées de championnat que le niveau physique des joueurs parisiens était très hétérogène, certains étant relativement bien préparés, et d’autres beaucoup moins. L’état de forme d’un Sissoko ou d’un Bodmer lors de cette première partie de saison m’a semblé plus qu’inquiétant, sans parler du syndrome de fatigue persistante dont semble atteint Javier Pastore. Plus que l’abondance de matchs, c’est plus l’absence de préparation physique des Sissoko ou Pastore qui semble être aujourd’hui en cause dans leurs baisses de régime au cours des matchs. En ajoutant à cela l’accumulation des blessures depuis le début de saison, entre Douchez et Armand lors de la préparation, Hoarau blessé aux adducteurs contre Differdange fin août et opéré de l’épaule dans la foulée, Sissoko arrivé blessé, Matuidi touché deux fois pour des durées assez longues, Sakho absent plus d’un mois, Bodmer et ses muscles fragiles, Jallet, Chantome…heureusement que Paris disposait cette année d’un effectif fourni.

L’envie n’est pas toujours au rendez-vous

Force est de constater que les joueurs parisiens n’ont pas toujours su exprimer suffisamment d’envie sur les terrains depuis le début de saison. L’attitude nonchalante des Ménez, Nene avant son ressaisissement ou Pastore sur certains matchs frisant la faute professionnelle. Seuls Jallet, Sakho,  Sirigu et dans une moindre mesure Gameiro témoignent d’un investissement sans faille et d’un mental de vainqueur. Le match retour contre Salzbourg a été symptomatique du manque d’envie des joueurs avec ce but pris dans les derniers instants sans qu’aucun parisien ne se révolte. Ces carences en termes d’envie, voire d’implication, ont heureusement été compensées par le talent individuel et c’est ce qui a permis au PSG de continuer à engranger des points malgré des faiblesses criantes.

Un manque de cohésion et de stabilité

Dernier point mais non des moindres, le club connaît depuis l’arrivée des qataris une instabilité assez problématique typique des changements d’organisation. Management, staff technique, joueurs, tout le monde est concerné. Le départ de Kombouaré est le premier d’une longue série à venir, et il semble logique que dans ces conditions certains joueurs se sentent certainement plus préoccupés par leur avenir que par leurs performances, surtout s’ils ne jouent pas souvent. Avec les noms ronflants qui sont annoncés tous les jours dans la presse, difficile de s’investir à 200% dans le club quand on n’y voit pas nécessairement un avenir à moyen terme.

Des résultats positifs malgré tout

Mis à part les éliminations prématurées en coupe de la Ligue et en Europa League, il faut bien reconnaître que les résultats du club ont été bons, avec un titre de champion d’automne et des résultats assez positifs contre les cadors du championnat (non, l’OM n’est pas un cador du championnat). L’effectif compte de nombreux joueurs talentueux et l’équipe semble avoir retrouvé un semblant de cohésion défensive avec trois derniers matchs sans encaisser le moindre but. Cette efficacité n’est pas sans lien avec la montée en puissance de Sirigu, l’ange gardien de Paris qui marche sur l’eau depuis ces dernières semaines. Espérons que le Mercato se révèle plutôt calme en nombre de joueurs histoire de ne pas venir bouleverser un effectif qui a déjà du mal à trouver un équilibre. Avec le retour d’Hoarau devant, un ou deux joueurs en plus de Beckham semblent amplement suffisants…reste à savoir si le club l’entend de la même manière…

Et vous, que pensez-vous de la première moitié de saison du PSG ? Vos commentaires en bas de cet article.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre