Reims 2 – 2 PSG: les vendanges en Champagne

Reims – PSG. Après une interminable attente pour tous les Esthètes du Foot, la Ligue 1 reprenait hier soir au stade Delaune. Les parisiens pouvaient mettre un terme à une série de quatre années sans victoire en match d’ouverture, mais ils n’ont pu que revenir de Champagne avec le point du match nul. La saison des vendanges a commencé.

Reims-PSG

Sirigu (4,5): il aura travaillé sa récupération de balle au fond des filets et c’est tout. Retournement, flexion, ramassage de ballon, et dégagement, le tout avec un air dépité.

Van der Wiel (5): un centre Bernard Mendyesque au bout d’une minute de jeu qui n’a heureusement pas préfiguré la suite de son match. Disponible et assez adroit dans ses centres, il a créé du danger. Un peu en difficulté défensivement, il a notamment concédé le coup-franc du 1-1 et est arrivé en retard sur Devaux sur le second but.

Thiago Silva (4): il a dû laisser un rein au Brésil car on ne l’a pas vu se mettre en valeur, ni sur des interventions ni sur des relances léchées dont il a(vait) l’habitude. Laurent Blanc a même été obligé de se justifier de sa titularisation auprès d’Anne Laure (gros) Bonnet, expliquant qu’il avait envoyé un préparateur physique au Brésil pour que TS s’entraîne dans son contexte familial. Bref, on ne l’a pas senti en grande grande forme, moins pétillant que d’ordinaire.

Marquinhos (4): la meilleure chose qu’il nous ait faite, c’est son interview en bon Français à faire passer Pastore pour un attardé de l’apprentissage linguistique.

Digne (5,5): intéressant dans ses dédoublements et dans ses centres.

Motta (5): homme de l’ombre.

Verratti (6): quelques percées intéressantes surtout en première période, et une occasion en or sur laquelle il a une nouvelle fois préféré déléguer la finition à Zlatan plutôt que de prendre la responsabilité de frapper. Il s’est également signalé par un jaune pour faute d’antijeu, entrant un peu plus dans l’histoire.

TOP ! Pastore (6,5): il était au-dessus, comme la coiffe d’une bouteille de champagne. Clairvoyant et incisif, il a délivré caviar sur caviar, dans un rôle de presque 10. Et ça tombe plutôt bien, le caviar se marie plutôt pas mal avec le football champagne.

Lucas (4,5): quand tu arrives à deux contre le gardien, et que tu as déjà joué à PES dans ta vie, tu sais que tu dois fixer, puis décaler ton partenaire qui n’aura plus qu’à pousser le ballon au fond des filets, surtout quand ce partenaire, c’est Zlatan. Mais non, Lucas, lui, préfère tenter de dribbler ce bon Placide, et s’empale dessus, provoquant la colère du grand Suédois.

FLOP ! Cavani (3,5): c’était visiblement la saison des vendanges pour l’Uruguayen, aligné à gauche et maladroit tel un Lavezzi à 5h du matin le samedi soir. Tir au pigeon, ratage de ballon, on aura tout eu. Toujours en retard, il a même dû louper le bus pour rentrer à Paris. Il a cru avoir égalisé en reprenant un ballon détourné par Placide, mais là encore, c’était trop tard, le piqué de Zlatan avait déjà franchi la ligne de but.

Zlatan (6,5): rapide buteur pour l’ouverture du score, le Suédois a ensuite frappé le poteau devant le but quasi vide avant de manquer un penalty qu’il avait lui-même « filoutement » obtenu. Il s’est partiellement rattrapé en inscrivant un doublé d’un piqué involontairement cadré. Même en foirant la moitié de ses actions décisives, il termine avec deux buts au compteur, et quatre buts en deux matchs officiels cette saison. Jeroboam.

Placide (6,5): un des hommes du match côté rémois, avec un pénalty arrêté, et des interventions courageuses notamment dans des duels face à Zlatan ou dans les pieds de Lucas. Il aura réalisé un match parfait jusqu’à ce piqué d’Ibrahimovic qu’il n’a pu que détourner au fond de ses filets.

Mandi (6): un gros match pour le latéral droit Algérien qui aura donné du fil à retordre à Cavani. Il a parfaitement suppléé Placide par deux fois dans les arrêts de jeu, d’abord sur une frappe croisée de Chantôme puis devant Ibrahimovic. Un grand cru.

Tacalfred (4,5): le capitaine rémois a tenté de colmater les brèches de la défense. Que ce fut compliqué pendant la première demi-heure avec un pénalty provoqué et quelques errances dans le placement. Plus à l’aise par la suite, il n’a cependant rien pu faire sur l’égalisation et a perdu un rein sur un enchaînement d’Ibra en toute fin de match.

FLOP ! Bourillon (3,5): quand on a comme nom l’anagramme de « brouillon », on sait à quoi s’attendre. Une bourde monumentale devant Lucas en début de match et un manque d’assurance.

Signorino (6): on a du mal à croire que ce type a 33 ans.

TOP ! Devaux (6,5): vous souhaitez marquer un but contre le PSG en un seul une-deux depuis le milieu de terrain ? Contactez le. Il a apporté le surnombre au milieu et s’est projeté avec efficacité vers l’avant. Il a distillé de bons ballons depuis son couloir gauche.

Albaeck (4): très peu de ballons récupérés et un impact limité pour ne pas dire inexistant dans le jeu.

Oniangué (6): la Prince il te dit « j’ai égalisé ».

Fortès (5): vous chantiez, j’en suis Fortès, alors dansez maintenant.

Charbonnier (6): intéressant en point de fixation, il est passeur décisif pour Devaux sur le but du 2-1 en remisant parfaitement sur son compère pour boucler le une-deux.

Diego (5,5): il est l’auteur d’une grosse frappe flottante bien détournée par Sirigu, la seule occasion rémoise à part les deux buts. Il est sorti sur crampes, il faut s’hydrater mon coco.

En vrac

Pas mal cette mobylette. C’est une Signorino ?

Aïssa Mandi(bulle), puisqu’on est dans le champagne. Intéressant le fennec.

Mickaël « Sean Paul » Tacalfred en concert au Stade Delaune. Just Gimme the Light, yo yo. Ibra ne s’y trompe pas et échange son maillot avec lui. #VraisReconnaissentVrais

Et sinon, Courtet, il est au courant que sa coupe ne va pas du tout avec sa calvitie naissante ? Joue la comme Jallet et rase moi ce crâne vite fait bien fait.

Pourquoi Devaux a-t-il la barbe rousse et les cheveux d’une autre couleur ?

C’est qui ce blondinet qui rentre à la place de Verratti ? Quoi ? Chantôme est encore au PSG ?

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre