Saint-Etienne neutralise le PSG (2-2)

ASSE - PSG

Grosse ambiance dans le Chaudron. Menés rapidement 2-0, les Verts sont parvenus à refaire un retard de deux buts pour obtenir le nul face à un PSG qui perd là l’occasion d’asseoir sa première place au classement. Les hommes de Fabien Galtier pointent à deux longueurs de l’OM et peuvent donc plus que jamais prétendre à une place sur le podium en fin de saison.

Paris démarre fort

Incisifs d’entrée, les hommes d’Ancelotti ont rapidement imposé leur rythme avec un Beckham en jambes et très à son aise au poste de sentinelle du milieu. Et cela a rapidement payé puisque Pastore ouvrait le score dès la 9è minute pour le PSG, le premier but encaissé par l’ASSE dans le premier quart d’heure depuis le début de la saison. Sur un ballon défensif anodin, Bayal se trouait littéralement devant le milieu parisien qui récupérait le cuir dans les pieds du défenseur sénégalais pour venir crucifier Ruffier d’un piqué astucieux. L’ouverture du score assommait des Stéphanois en difficulté dans le jeu et Paris prenait le large sur un pénalty litigieux provoqué par Lavezzi et transformé par Ibrahimovic pour son 25è but en championnat (21è). Mr Gautier, l’arbitre de la rencontre, commettait là sa première (et pas sa dernière) erreur.

Sainté revient dans le match…

L’ASSE était alors à la limite de craquer, les Verts n’y arrivaient plus et enchaînaient les passes en touche et les longs ballons désespérés sur la tête du pauvre Brandao, se heurtant à un bloc parisien bas et discipliné. La seule situation dangereuse provenait d’une ouverture pour le brésilien au second poteau qui profitait d’un placement hasardeux de Van der Wiel pour tenter de s’emmener sans succès le ballon de la poitrine. Et c’est sur un coup du sort que les Verts parvenaient à égaliser grâce à un but contre son camp d’Alex qui tentait maladroitement de passer devant Brandao sur centre vicieux d’Aubameyang pour venir battre du genou son propre gardien. Ce retour au score coïncidait avec un vrai retour dans le match des Verts, bien plus incisifs et précis qu’en début de rencontre, mettant à mal l’organisation parisienne par un jeu plus fluide et latéral. Cohade se signalait avant la pause par un enchaînement poitrine/volée sans grand danger pour Sirigu.

…et prend la mesure du PSG

Au retour des vestiaires, les Verts enchaînaient sur le même rythme et ne laissaient plus respirer les Parisiens. L’entrée de Bodmer (56è) pour presser Beckham un cran plus haut amenait plus de liant et permettait aux Stéphanois d’asseoir leur possession et leur maîtrise sur la rencontre. Brandao se mettait en évidence de la tête sur un centre de Mollo (57è) avant que Bodmer ne voit Beckham lui retirer le ballon d’un tacle in extremis alors qu’il s’apprêtait à reprendre un centre-tir de Clerc. Paris faisait le dos rond pour ne pas voir revenir son adversaire au score et choisissait (ou pas) d’opérer en contres mais sans réussite. Pastore ne cadrait pas sa volée à 10m des buts de Ruffier (60è) et un Zlatan, loin de son meilleur niveau, vendangeait lui-aussi sa frappe après avoir été parfaitement lancé en solo dans le dos de la défense stéphanoise (70è).

C’en était alors fini des chances parisiennes, et Clerc égalisait logiquement à la 72è d’une superbe frappe en pleine lucarne après un bon travail de protection de Brandao, coupable sur le coup d’une belle semelle sur Thiago Silva. « Jlai pas touchéo, jlai pas touchéo« , Mr Gautier choisissait de ne pas siffler la faute pourtant flagrante sur le défenseur parisien pour accorder l’égalisation en juste compensation du penalty accordé en première période. Paris avait beau tenter de dynamiser son attaque avec l’entrée de Gameiro à la place d’un Lavezzi fantomatique (76è), les deux coup-francs de Beckham en toute fin de rencontre ne trouvaient pas le cadre et Saint-Etienne parvenait à obtenir le point du match nul.

Paris a laissé filer l’occasion de lâcher ses poursuivants directs mais conserve 5 points d’avance sur son dauphin lyonnais giflé à Bastia samedi. L’ASSE poursuit sa série d’invincibilité en 2013 mais manque l’occasion de prendre la troisième place à l’OM. Compte tenu du calendrier difficile des hommes d’Elie Baup qui devront encore aller jouer à Lille, à Nice et à…Saint-Etienne à l’occasion de la 37è journée, il y a fort à parier que la lutte pour la troisième place fera rage jusqu’à la toute fin de championnat.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre