Les vrais dessous du transfert de Falcao

Non, Radamel Falcao n’est pas celui que vous croyez. Joueur de classe mondiale, star internationale, attaquant de folie au surnom de prédateur ? Beaucoup des superlatifs avancés pour décrire l’attaquant Colombien occultent une vérité simple et cruelle: El Tigre fuit tout simplement les grandes compétitions comme le ballon fuit le cadre à chaque frappe d’Ezequiel Lavezzi.

Falcao2

Rappel des faits:

Arrivé de River a Porto, le jeune Radamel découvre la Ligue des Champions en enfilant 4 buts en 8 matchs. Certainement choqué par le niveau de la compétition phare du continent européen, il décide alors de tout faire pour ne plus jamais disputer cette compétition. Plus jamais.

Son club finit troisième du championnat domestique et manque la qualification pour la Champion’s. Ce sera donc l’Europa League, compétition secondaire bien plus plaisante à disputer. Et là, Falcao s’éclate avec 17 buts en 15 matchs. El Tigre enfile les perles à la manière d’un Olivier Rouyer au micro de Canal. « Ouaiiiiis, j’ai gagné l’Europa !!! »

La saison suivante, le FC Porto retrouve la compétition reine. Tigrou réfléchit à trouver une solution pour continuer à évoluer dans l’antichambre de l’Europe. Il part donc à l’Atletico Madrid et pousse un ouf de soulagement: il pourra rejouer la C3. Comme l’année précédente, il finit meilleur buteur de la compétition avec 12 buts en 15 matchs. Petite baisse de régime la saison suivante puisqu’il ne joue que 2 matchs, marquant tout de même un but, mais son club accroche malheureusement la qualification pour la sacrosainte Champion’s League !

Catastrophe, Falcao panique et file prendre un billet pour Monaco. Là-bas, il est assuré de ne rien jouer, si ce n’est le championnat de Ligue 1, le club remontant tout juste de Ligue 2. Après de bons débuts avec l’ASM (9 buts en 17 matchs) et sentant monter la pression d’un Mondial au Brésil, le Colombien commence à chercher une solution pour échapper à cette compétition où il risque de se retrouvé confronté au gratin footbalistique planétaire. Poser des RTT, non, ça ne passera pas. La maladie ? Non, les médecins de la sélection ne seront pas complaisants… Et s’il se blessait gravement de façon à mettre un terme à tout ça ? 

Le 22 janvier 2014, son genou gauche se pète contre Chasselay en coupe de France tel un vulgaire Shabani Nonda. Une absence de 6 mois est normalement nécessaire pour soigner cette blessure mais certains médecins évoquent un retour possible juste pour la Coupe du Monde. Pression chez El Tigre, qui décide alors de se ménager chez le kiné lors des séances de rééduc. Finalement, le protocole de soins l’empêchera de disputer le Mondial, c’était moins une. « Merci à tous les médecins qui ont rendu mon retour impossible ».

Falcao

Cette grande compétition esquivée, Falcao aborde le mercato estival avec une angoisse certaine: Monaco, second de Ligue 1 à l’issue du championnat, va jouer la Ligue des Champions. Et personne ne semble prêt à le sortir de ce pétrin. Pire, des grands clubs le courtisent: le Real Madrid, la Juventus de Turin, Arsenal, et des plus « petits » comme Manchester City, mais tous jouent la C1, absolument TOUS !

Dis-moi Alexis, vous jouez la Champion’s à Arsenal ?

L’étau se resserre, le Colombien ne trouve plus le sommeil et harcèle son agent Jorge Mendès pour lui trouver une solution. Radamel ne lâche plus son portable, même pendant les matchs de l’ASM qu’il ne dispute plus suite à des crises d’angoisse. Au pied du mur, il refuse même le Real: « Le Real, même pas en rêve, ils jouent la C1 tous les ans ».

« Mendes, j’ai peur… Tu comprends ? J’ai peur ! »

Arrive enfin ce 1er septembre 2014, dernière journée, et dernière ligne droite pour un transfert lastminute. Alors qu’il avait préparé ses bagages pour fuir clandestinement la Principauté afin de rejoindre Robert Pirès en Indian Super League, Falcao reçoit un appel de Mendès. « Prépare toi, Manchester United a appelé, ils te veulent et ils ne jouent pas l’Europe cette année. Ils ont tellement mal démarré la saison qu’ils ne se qualifieront peut-être pas pour la C1 l’an prochain« .

Le Colombien signe de suite, en s’assurant tout de même de pouvoir trouver une porte de sortie si par malheur les Red Devils se qualifiaient pour la coupe aux grandes oreilles. Il demande donc un prêt d’un an avec option d’achat, en espérant que le recrutement discount de l’ASM ne permettra pas au club de se qualifier une nouvelle fois pour la Champion’s League. Il ne faudrait pas non plus qu’El Tigre se retrouve en cage à la fin de cette saison !

A propos de l'auteur

Pour lui le football se résume a peu de choses : vista de Xavi, la beauté du geste à la Iniesta et la rage d'un Luis Suarez. Barcelonais jusqu'au sang, il parle football comme d'autres font l'amour, avec sensualité.

Vous aimerez aussi

Répondre