Beckham à Paris c'est fini, Ancelotti taille patron

Après quatre mois dignes d’un feuilleton hollywoodien, la saga Beckham à Paris a officiellement pris fin suite à une annonce de Nasser Al-Khelaïfi et de Leonardo. Officiellement peu enclin à abandonner sa vie à Los Angeles, le Spiceboy ne signera pas le contrat d’un an et demi qui l’attendait dans la capitale parisienne et devrait donc logiquement prolonger aux Los Angeles Galaxy. L’arrivée d’Ancelotti en tant qu’entraîneur n’est sans doute pas étrangère à ce revirement de dernière minute.

Afin de ne pas passer pour un bouffon devant la terre entière au vu du capotage d’une opération dans laquelle il avait pesé de tout son poids, Leonardo a bien tenté de nous préparer à l’échec de la venue de Beckham au cours de la conférence de presse d’intronisation d’Ancelotti: « on ne l’a pas fait et on ne sait pas si on va le faire ». En langage leonardesque ça signifiait visiblement que la venue de Beckham commençait à puer sévère, voire que c’était déjà mort. Trois jours plus tard…l’échec.

Les raisons officielles de cet échec annoncé seraient que le joueur des Galaxy souhaiterait donner la priorité à la stabilité de sa vie de famille à Los Angeles, dans laquelle Madame, les enfants et Monsieur seraient parfaitement épanouis blablabla. En langage leonardesque, ça pourrait signifier qu’il y a eu anguille sous roche et que la venue de Carlo Ancelotti a entraîné l’échec des négociations. Ancelotti, qui a eu Beckham sous ses ordres au Milan lors de son prêt fin 2008, s’est sans aucun doute montré réticent à recruter un joueur de 36 ans qui aurait selon toute logique nécessité une place dans le onze titulaire, son système en 4-3-2-1 ne permettant pas aux joueurs du milieu ni à ceux des côtés de jouer sans être au top physiquement. Le niveau d’exigence tactique du nouvel entraîneur du PSG a donc primé sur l’aspect marketing de la venue de Beckham ce qui aura au moins le mérite de contenter les critiques de la première heure du foot business qui (pour une fois) ne viendront pas s’en plaindre.

Le grand enseignement de cette venue avortée est surtout que Carlo Ancelotti est rapidement parvenu à imposer sa vue sur l’équipe et a su poser les conditions à sa venue. Il est le vrai patron du club et renvoie ainsi Leonardo au rôle de relais des qatariens. Dans l’organigramme parisien en perpétuel mouvement, il est bon d’avoir enfin un ordre hiérarchique à peu près défini. Autre bonne nouvelle, l’escroc Alain Roche a enfin été démasqué dans son bureau de Paris. Il devrait donc faire ses valises d’ici peu, on espère le plus vite possible. On lui souhaite bon vent, très bon vent même, qu’il le porte très loin d’ici. Pour tout les joueurs merdiques qu’il nous a dégotés, je ne crois pas utile de le remercier.

La venue avortée de Beckham est-elle uniquement liée à la vie privée du Spiceboy ? L’arrivée d’Ancelotti y est-elle totalement étrangère? Vos commentaires en bas de cet article.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre