PSG 2-0 Bastia: Brandao le malaimé

Le PSG recevait le SC Bastia pour sa première au Parc de la saison. Les hommes de Blanc avaient pour objectif les trois points après la déception de la semaine dernière contre Reims, et ils sont parvenus à s’imposer facilement face à des bastiais insipides et sans inspiration. Après la rencontre, Motta a pris un coup de boule de ce bon vieux Brandao qui, à défaut de bien jouer, aura trouvé le moyen de se faire une nouvelle fois remarquer.

PSG-Bastia

Sirigu (5): un match détente comme un samedi soir avec Lavezzi.

Van der Wiel (6): une mi-temps relativement bien maîtrisée défensivement avec quelques trajectoires bien coupées. Une merveille de centre déposé sur Lucas pour l’ouverture du score, et une sortie à la pause remplacé par Serge Aurier (5) qui n’aura pas gagné sa couronne ce soir. 

David Luiz (5,5): pour une entrée en matière, il a eu un match tranquille et s’est contenté de bien défendre. La pauvreté du jeu bastiais n’a pas aidé à le mettre en valeur.

Marquinhos (5,5): on l’a senti bien en jambes, véloce et joueur. 

Digne (6,5): un très bon match dans lequel il s’est baladé face à un Modesto qui donnait l’impression de traîner la patte comme après avoir marché sur un piège à loups. Il a trouvé des espaces, a distribué des bons ballons, et a mis le danger devant les buts d’Areola. 

TOP !!! Verratti (7,5) : San Marco a illuminé l’entrejeu, faisant admirer sa technique et sa protection de balle, sa vista et sa roublardise sur son offrande faite à Cavani sur un coup-franc rapidement joué. Exceptionnel.

Motta (6,5): dans un fauteuil, il a distribué ses passes comme Jésus distribuait les pains et Brandao les coups de boule. La preuve.

Pastore (7): un vrai régal dans l’attitude, on l’a senti à son aise avec son placement dans ce rôle de piston dans lequel il rechignait tant à la tâche (surtout défensive) les saisons précédentes. On l’a même vu aller au duel de la tête, une vraie métamorphose. Offensivement, il a plutôt régalé avec un jeu simple et quelques gestes d’Esthète dont Romaric se souviendra certainement. Olé !

Lucas (6,5): assez percutant, il a inscrit le premier gol de la partie en reprenant parfaitement un excellent service de Van der Wiel. Moins en réussite sur quelques autres opportunités, mais on ne va pas faire la fine bouche. Remplacé par Cabaye (non noté) à la 75è.

Ibrahimovic (non noté): une feinte de frappe au bout de dix minutes de jeu, et une pointe au niveau des côtes flottantes. Remplacé par le FLOP !!! Lavezzi (4,5) au quart d’heure de jeu, l’Argentin, à la peine physiquement, n’a rien montré d’intéressant mis à part ses qualités de rugbyman pour le drop.

Cavani (7):   il a dû apprécier la sortie d’Ibra qui lui a permis de retrouver son poste de 9. Il s’est illustré avec un but tout en pureté, contrôle bout du pied sur ouverture millimétrée, volée petit filet. Merci, au revoir.  


Areola (5,5): impuissant sur les deux buts, le jeune gardien prêté par le PSG s’est montré vigilant sur quelques frappes, notamment de Cabaye, et sur une sortie dans les pieds de Cavani.

Modesto (3): mis à l’amende par Digne tout au long de la rencontre, il a pêché dans explosivité. En même temps, il a pas loin du double de l’âge du latéral parisien et que foutait-il dans le couloir. Où était-il également sur le premier but parisien ?

Peybernes (3,5): pris à défaut dans son replacement sur le but de Cavani.

Romaric (3): la soirée va être dure pour lui, et on aura la décence de ne pas en rajouter.

Palmieri (4,5): au moins un qui aura réussi quelque chose: contenir les latéraux parisiens et les repousser le long de la touche. Un pressing plus déterminé sur Van der Wiel aurait cependant pu empêcher l’ouverture du score. En relatif à Modesto, il a fait son match.

Gillet (4): il n’a pas pu participer au sauvetage de son équipe, noyé dans un milieu qui n’a pas su exister.

Ba (4): une impression de perplexité, à l’image de son nom. Baaaaaah.

Boudebouz (3,5): son match se résume à peu près à mal tirer ses coups de pied arrêtés. Tu me diras, les tirer, c’est toujours mieux que rien.

Ayité (4): Ayité fatigué quand je suis sorti. Remplacé par Tallo (non noté) à l’heure de jeu, que l’on n’a pas vu de la fin de match.

Maboulou (5): intéressant mais trop isolé pour pouvoir peser plus sur la défense parisienne. Une audacieuse tentative de grand pont sur David Luiz et un coup de rein sur la fin du match qui a obligé le chevelu à lâcher le tacle litigieux en pleine surface.

Brandao (3): inexistant à l’exception d’une tête hors cadre à la 23è. Il sera inculpé pour coup de boule volontaire avec préméditation à l’encontre de Motta, et pourrait bien finir sa saison par une longue période de tourisme sur l’île de Beauté.

En vrac

Brandao s’est plaint à la mi-temps d’être le bouc émissaire des arbitre Français. Vu son casier judiciaire déjà bien chargé, la tête de Motta à la fin de la rencontre et la vidéo de la caméra de vidéosurveillance, pas certain que cette situation évole favorablement dans les temps à venir.

A la 90è minute, le trio Verratti-Motta-Pastore avait réalisé 348 passes. L’équipe de Bastia 257. On appelle ça la possession.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre