PSG 2 – 2 MSHC mes impressions

J’étais au Parc des Princes pour assister au choc de la 24e journée de L1. Ma première surprise de la soirée fût de découvrir le « lifting » subi par le Parc des Princes annoncé par différents médias. Pour être franc, je ne sais trop quoi en penser, la tranche supérieure du toit est maintenant totalement rouge et recouverte de slogans du type « Ici C’est Paris » au-dessus de la tribune Boulogne ou d’un « Rêvons Plus Grand » au-dessus de la tribune présidentielle. D’autres affiches énumérant le palmarès du club ont également été disposées, et comme diraient nos amis anglophones, c’est peut-être un peu too much. On notera aussi la présence d’un nouveau sponsor QNB pour Qatar National Bank. Pour information, la QNB est une banque Qatarienne détenue à 50% par Qatar Investment Authority (le fonds souverain Qatarien) et à 50% par des investisseurs privés. Les membres de la famille Al-Thani sont également présents au conseil d’administration du Groupe.

Vous pouvez apercevoir les nouveautés dont je parle sur la photo suivante. Qu’en pensez vous ?

Après presque deux mois à travailler sous les ordres d’Ancelotti, le jeu parisien ne semble pas vraiment évoluer. De mon siège, mon impression était assez similaire à celle des précédents matchs à savoir que j’ai observé un jeu fait principalement de passes latérales. Le constat est simple, malgré la densité numérique du milieu de terrain, secteur essentiel, le compte n’y est pas ! Le match a ressemblé à une succession de déchets techniques de la part de tous les joueurs parisiens excepté Sirigu, Alex et Maxwell (bien évidemment, étant au stade, je n’ai pu tout voir). Matuidi, Sissoko et Pastore m’ont particulièrement frappé en termes de passes et/ou contrôles ratés. Ce fût d’autant plus flagrant pour le dernier qu’il est entré vers la 75e et qu’il a raté trois contrôles de suite. Existe-t-il un problème d’implication ? C’est en tout cas la question que je me pose quand on voit certains choix effectués par les joueurs.

Le milieu de terrain numériquement fourni n’est pas à la hauteur. Lorsqu’il est en possession du ballon, il ressort très clairement que les parisiens ont du mal à trouver les solutions, donnant l’impression de ne pas savoir quoi faire de la balle. S’en suit alors une série de passes latérales dans l’espoir que quelques chose se déclenche, mais sans grand mouvement des coéquipiers et sans trop de changement de rythme dans les transmissions, impossible de surprendre qui que ce soit. Effectivement, il est possible de gagner des matchs de cette façon mais contre des adversaires bien regroupés et solidaires, c’est tout de suite beaucoup plus compliqué. Notons que la première occasion construite du PSG arriva à la 51e minute…

Peut-on vraiment espérer plus de cette équipe si l’on s’entête à évoluer dans cette configuration et avec ces joueurs ? Doit-on dans cette optique maintenir un Gameiro transparent dans un schéma tactique dans lequel son potentiel est gâché, ou tenter de jouer avec une pointe en pivot avec Hoarau ? Doit-on repasser au 4-4-2 et privilégier l’animation sur les couloirs pour étirer nos adversaires et permettre à Gameiro de prendre les intervalles ? Mr Ancelotti, à vous de jouer pour amener un peu plus de jeu et de solutions pour les attaquants.

N’hésitez pas à partager les articles à l’aide des boutons Twitter et Facebook et à laisser vos commentaires dans l’espace en bas de l’article.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre