Sochaux 1- 1 PSG : les notes du match

Paris n’est pas parvenu à s’imposer à Bonal et n’est donc pas officiellement champion. Les Sochaliens ont crânement joué leur chance et ont pu compter sur un bon Yohan Pelé et un excellent Roudet pour obtenir le nul. Les hommes d’Hervé Renard auraient même pu l’emporter en fin de rencontre avec un peu plus de réalisme. Retour sur les prestations individuelles de ce Sochaux PSG.

FCSM-PSG

FC Sochaux Montbéliard

L’Esthète du match – Roudet (6): une deuxième mi-temps de folie. Roudet a pris le jeu des Sochaliens à son compte en véritable métronome. Putain d’Esthète.

Pelé (6) : quelques parades décisives notamment face à Cavani et un contact impressionnant avec son compatriote Brésilien Lucas.

Kanté (4,5) : Kanté en retard dans ton marquage sur Cavani, ça ne pardonne pas.

Sunzu (5) : un peu attentiste sur quelques longs ballons, il s’est notamment fait berner par Lavezzi qui a heureusement foiré sa volée du gauche. Il s’est montré combattif sur la suite, jouant de son physique impressionnant. Sunzu, l’art de la guerre.

Marange (5,5) : « Cet après-midi, c’est Sirigu qui Marange sur mon centre contré qui ne présentait pas un grand danger. Sinon Lucas, put***, qu’est-ce qu’il va vite. »

Faussurier (6) : fossoyeur + serrurier = Faussurier. Il l’a plutôt joué serrure pour contenir son couloir droit dans lequel Maxwell et Lavezzi n’ont pas pu créer de grand danger.

Corchia (5,5) : du centre, des montées et une grosse activité. Il serait en route pour courir jusqu’à Lille.

Prcic (5,5) : une frappe des 20m à côté qui a fait Prcic.

Sinkala (5) : peu en vue, il a goûté quelques accélérations de Lucas et a pris son jaune pour avoir joué des coudes en cherchant à imiter Motta.

Contout (6) : un véritable poison pour le milieu et la défense parisienne. Il s’est effondré en larmes lors de son remplacement comme Jordan Ayew il y a quelques mois. La pression, à Sochaux, on ne la boit pas, on la subit.

Ayew (6) : avec Asamoah Gyan, il est le seul attaquant du monde à porter un vulgaire numéro d’arrière latéral. Visiblement un truc de Ghanéens donc. Le numéro 3 Sochalien s’est montré altruiste avec notamment une passe d’un rien trop profonde pour Bakambu et une déviation de fou pour Roudet en pleine surface. Ayewken.

Bakambu (non noté) : entré en lieu et place de Contout pour apporter un peu de vitesse, il a manqué de justesse le but du 2-1 après une passe d’Ayew.

Paris Saint Germain

Sirigu (4,5) : il s’est cru à un entraînement de sorties aériennes en première période. Du coup, il a joué au con en détournant un centre sur le dos de Thiago Silva. Passe décisive.

Maxwell (5) : en manque d’inspiration, comme moi pour rédiger son commentaire.

Alex Costa (6) : il défie les règles préétablies du football et te montre que tu peux faire un bon match sans courir. Dégageant une sérénité d’ancien, il l’a jouée à l’expérience pour museler les tentatives sochaliennes.

Thiago Silva (5) : le vengeur masqué doit un peu trop traîner avec Zoumana Camara ou être un peu trop au Brésil. On l’a senti fébrile et moins à l’aise à la relance qu’à son habitude. On ne reviendra pas sur le csc, mersirigu.

Van der Wiel (5,5) : des bonnes montées avec une grosse activité offensive. Il a trouvé Verratti seul aux 6m face à Pelé pour la vendange de la rencontre.

Lucas (5,5) : pas encore champion mon frère.

Cabaye (4) : il a traversé le match sans faire de vagues, sans faire de fautes, sans faire de passes dangereuses ni d’interventions décisives. En fait, il n’a rien fait de notable.

Matuidi (5) : auteur d’un match propre, mais sans plus, il a certainement apprécié les paroles de Lucas au micro de la charmante Anne Laure Bonnet à la mi-temps : « Au milieu, avec Motta et Cabaye on a la capacité à conserver le ballon ». Et moi alors ?

T.Motta (6) : une galette en mode Hitman avec fusil de précision servie sur un plateau pour l’ouverture du score de Cavani, et quelques coups de p*** à la Motta dont un coup de coude et un arrêt dans sa course en mode « c’est un scandale » après avoir été accroché. Devant son poste, Rémi Garde fulmine : « Il a mis des pains toute l’année cet enculé-là. Allez joue va ! »

Lavezzi (5) : tu as ces joueurs maladroits que tu maudis et que tu te plais à incendier quand ils foirent leur geste. Avec Lavezzi,  la maladresse est là mais le mec s’en veut tellement que tu finis par presque tout lui pardonner.

Cavani (6,5) : amorti poitrine-volée entre les jambes de Pelé-but. L’homme au chignon a par la suite manqué d’un peu de réalisme et abusé de cette vieille feinte de frappe du droit pour se remettre sur son pied gauche. Il a passé sa deuxième mi-temps à cavaler en défense, enchaînant les retours de 80m.

Verratti (non noté) : il a mis une demi heure à rentrer dans son match, enchaînant les mauvaises passes et transformant même un caviar de Van der Wiel en œuf de lompe. Ah oui, il était rentré à l’heure de jeu.

Pastore (non noté) : il a cherché à accélérer le jeu. Haha, Pastore, accélérer le jeu ? #FootballTroll

Ménez (non noté) : vous pensiez qu’il serait le Diané de la rencontre. Vous avez perdu. Ménez n’est que Ménez.

A propos de l'auteur

Supporter du PSG depuis tout petit, il est fan de Bergkamp, Henrik Larsson, Inzaghi, Zkatan, Van Nistelrooy, et de ce bon vieux Sammy Traoré. Il aime Paris, et joue toujours au ballon dans son club de toujours, dans le 9-4.

Vous aimerez aussi

Répondre